Blog

Devenez plus fort, plus vite, sans vous entraîner plus dur.

  1. Soulager la fasciite plantaire (aponévrosite plantaire)

    La fasciite plantaire est une blessure au pied causée par un étirement ou une rupture du fascia plantaire, une membrane fibreuse qui va de l’os du talon jusqu’à la base des orteils. Cette membrane constitue, en quelque sorte, le « plancher » du pied. Environ 1 % de la population en est atteinte.
    Cette affection se manifeste essentiellement par une douleur au talon. Ce sont les sportifs qui en sont le plus souvent touchés, car ils sollicitent plus fréquemment et intensément toutes les structures de leurs pieds.

    1ère phase : phase inflammatoire

    Si vous êtes en phase inflammatoire aigüe : la douleur est vive, la simple marche est difficile. Vous pouvez utilisez votre Compex de la façon suivante :

     

    Programme : Antidouleur TENS (ou Tens ou Tens modulé selon le modèle Compex)

    Durée du traitement : Pendant toute la durée de la phase aigüe et la persistance des signes inflammatoires.

    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Selon les besoins, les séances peuvent être répétées plusieurs fois au cours d’une même journée

    Placement des électrodes : Il faut chercher à recouvrir toute la surface de la région douloureuse avec autant d’électrodes que nécessaire


    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.
    Augmenter progressivement les intensités de stimulation jusqu’à percevoir une sensation bien prononcée de fourmillements. Montez les intensités de stimulation à un niveau plus élevé n’apporte pas d’efficacité supplémentaire et peut déclencher des contractions musculaires qui sont indésirables pour ce traitement.
    Pour les appareils munis de la technologie mi-TENS : 
    Dès qu’ une contraction est détectée, l’intensité de stimulation est automatiquement diminuée.
    Pour les stimulateurs non munis de la technologie mi-TENS :
    Si une contraction musculaire apparait, il convient de réduire manuellement légèrement le niveau de l’intensité.
     

    2ème phase : phase chronique

    En phase plus chronique (qui suit en général la précédente), la douleur a diminuée mais apparaît toujours lors de la course par exemple, ou vous éprouvez une gêne fréquente.

    Programme : Douleur musculaire (ou Tendinite chronique ou Endorphinique selon le modèle Compex)

    Durée du traitement : Pendant toute la durée de la phase chronique jusqu’à disparition complète des signes douloureux
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation

    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum  de 10 minutes de repos entre les 2 séances. 
    Il faut savoir que la stimulation de la voûte plantaire pose parfois des difficultés en raison de l’épaisseur importante de la peau (callosités+++).
    Pour ça vous devez essayer d’éviter les zones où la peau est épaisse, ou aussi parfois, il est nécessaire de procéder à l’abrasion de la peau avec des outils de pédicurie.
     

    Placement des électrodes


    Position du corps : Assis ou allongé dans une position confortable
     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

    Télécharger la fiche

  2. Soulagement et prévention des douleurs de la nuque (cervicalgie)

    Les cervicalgies ou douleurs de la nuque sont très fréquentes parmi la population générale, mais sont aussi particulièrement présentes chez les cyclistes sous la forme de contractures musculaires douloureuses qui apparaissent le plus souvent lors de courses ou de sorties de longues durées.
    La cause de ces douleurs est la position sur le vélo qui place la nuque en hyper extension,  d’autant plus qu’une position aérodynamique extrême est recherchée.

    SOULAGER LES DOULEURS DE LA NUQUE

    Programme : Douleur nuque (ou Décontracturant selon le modèle Compex)
                                                      
    Durée du traitement : 2 à 3 semaines
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation

    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum de 10 minutes de repos entre les 2 séances.

    Placement des électrodes : Les 2 électrodes positives (connexions rouges ou bouton ON sur le module) doivent être placées sur les points les plus douloureux à la palpation des muscles.


    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable
     
     

     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    PREVENIR LES DOULEURS DE LA NUQUE

    Programme : Capillarisation

    Durée du traitement : Ces douleurs cervicales peuvent être efficacement prévenues en appliquant des séances quotidiennes de capillarisation sur les muscles cervicaux pendant une dizaine de jours avant une compétition comme un ironman par exemple. Certains athlètes, sujets à ce type de douleurs, pourront avoir intérêt à intégrer une séance par semaine tout au long de la saison

    Placement des électrodes : Placement des électrodes au niveau cervical

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

    Télécharger fiche

  3. Traitement de la tendinopathie rotulienne

    1ère phase de la tendinopathie : phase Aigüe

    De façon habituelle, la tendinopathie débute par une phase aigüe ou inflammatoire au cours de laquelle la région du tendon est chaude et rouge, la douleur est vive et apparaît à la palpation du tendon. A ce stade la douleur interdit la pratique du sport et gêne même parfois les gestes de la vie quotidienne comme la descente des escaliers par exemple. Le programme Tendinite permet de soulager efficacement les douleurs tendineuses pendant la phase inflammatoire pendant laquelle le repos sportif complet doit  être respecté. Une reprise trop précoce ou insuffisamment progressive de l’entraînement sont des facteurs reconnus de rechutes pouvant entraîner une indisponibilité de longue durée.
    Lorsque le stade de la phase aigüe est surmonté, l’affection du tendon entre le plus souvent dans une phase chronique, pour laquelle le programme Douleur musculaire devient alors (mais pas avant !) le traitement recommandé.

    Programme : Tendinite (ou Tens ou Tens modulé selon le modèle Compex)

    Durée du traitement : Pendant toute la durée de la phase aigüe et la persistance des signes inflammatoires.

    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Selon les besoins, les séances peuvent être répétées plusieurs fois au cours d’une même journée

    Placement des électrodes : Il faut chercher à recouvrir toute la surface de la région douloureuse avec autant d’électrodes que nécessaire


    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.
    Augmenter progressivement les intensités de stimulation jusqu’à percevoir une sensation bien prononcée de fourmillements. Montez les intensités de stimulation à un niveau plus élevé n’apporte pas d’efficacité supplémentaire et peut déclencher des contractions musculaires qui sont indésirables pour ce traitement.
    Pour les appareils munis de la technologie mi-TENS : 
    Dès qu’ une contraction est détectée, l’intensité de stimulation est automatiquement diminuée.
    Pour les stimulateurs non munis de la technologie mi-TENS :
    Si une contraction musculaire apparait, il convient de réduire manuellement légèrement le niveau de l’intensité.

     

    2ème phase de la tendinopathie : phase chronique

    L’évolution habituelle d’une tendinopathie passe le plus souvent par une première phase aigüe, puis par une phase chronique pour laquelle les signes évidents d’inflammation (chaleur, rougeur) ont disparus. La douleur n’est plus présente et n’entrave plus les gestes de la vie quotidienne comme la descente des escaliers. Mais une gêne persistante ou un léger réveil de la douleur survient lors de la reprise même extrêmement progressive de l’entraînement. Il convient de noter que la reprise de l’activité sportive doit toujours se faire avec le feu vert d’une autorité médicale et de façon extrêmement progressive (footing lent et de courte durée sur terrain souple pour commencer). L’apparition d’une gêne ou le réveil de la douleur doit en principe toujours faire interrompre la séance d’entraînement. Pendant cette phase chronique, le tendon est en phase de convalescence, il peut exister des microlésions des fibres tendineuses qui sont alors en cours de cicatrisation. Le programme Douleur musculaire permet d’entraîner une forte augmentation de la circulation sanguine dans l’ensemble des muscles du quadriceps ce qui est très bénéfique pour favoriser le processus de cicatrisation.
    Le programme Douleur musculaire ne doit jamais être entrepris trop tôt, c’est-à-dire pendant la phase aigüe car il existe alors un risque potentiel d’aggravation des signes inflammatoires.

    Programme : Douleur musculaire (ou Tendinite chronique ou Endorphinique selon le modèle Compex)

    Durée du traitement : Pendant toute la durée de la phase chronique jusqu’à disparition complète des signes douloureux
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation

    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum  de 10 minutes de repos entre les 2 séances. 

    Placement des électrodes

    Position du corps : Assis ou allongé dans une position confortable
     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

    Télécharger la fiche

  4. Formation Module 2 - Intégrer Compex à sa préparation physique

    Pourquoi, comment, les règles à respecter
    Les progrès de ces 30 dernières années nous permettent aujourd’hui de bénéficier d’un courant de stimulation confortable et puissant qui nous permettent de travailler les muscles en profondeur et avec efficacité.
    Les avancés dans le domaine de la physiologie et plus particulièrement dans celui de la contraction musculaire vont permettre de pouvoir imposer aux muscles un régime de travail approprié pour développer une qualité musculaire spécifique.
    De la même manière qu’on ne réalise pas les mêmes exercices pour travailler son endurance ou son explosivité. On utilisera des programmes de stimulation différents selon les objectifs poursuivis.

    Règles à respecter
    Quelque soit le programme de préparation physique que vous souhaitez réaliser, les règles à respecter sont toujours les mêmes et peuvent se résumer à : 
    - Respecter le placement des électrodes indiqué sur l’appareil ou le livret
    - Respecter la position de stimulation
    - Maintenir une intensité optimale
    - Réaliser les séances de manière régulière

    Le placement des électrodes
    Il est important de respecter le placement des électrodes préconisé par Compex. En effet, en étant au plus proche du nerf moteur du muscle stimulé, la séance n’en sera que plus confortable. Ceci vous permettra de monter les intensités ce qui vous garantira une efficacité dans votre séance.

    Position de stimulation
    Il est important de respecter les positions de stimulation préconisé par Compex. 
    Faites attention de ne pas travailler sur un muscle raccourci.
    Notez qu’il est toutefois possible de réaliser la séance de manière dynamique ou statique.

    Intensité
    Augmentez l’intensité de manière régulière jusqu’au maximum du supportable.
    Notez qu’il faut augmenter l’intensité uniquement lors des phases de travail et non pendant les phases de repos.
    Plus vous monter en intensité, plus vous sollicitez de fibres musculaires et comme seules celles qui travaillent progressent, l’objectif est d’en solliciter le plus possible.
    Concrètement lors de votre séance essayez de monter l’intensité toutes les 4 ou 5 contractions.
    Notez le score maximal réalisé à la fin de votre séance et essayez de dépasser celui-ci lors de votre prochaine séance.
    Vous devez très rapidement atteindre des scores de 100, 250 puis 500 en intensité lors de la répétition de vos séances.
    Notez qu’il n’est pas rare de voir certains sportifs atteindre l’intensité maximale de l’appareil, à savoir 999.

    Séances régulières
    La régularité est la clé du succès en électrostimulation.
    Veuillez réaliser 2 à 3 séances pas semaine pendant 6 semaines pour obtenir de vrais résultats.

    Cycles Compex
    Dans les programmes de préparation physique avec Compex il existe 3 niveaux de cycle.
    Les cycles de stimulation sont intéressants pour les personnes ayant déjà l’habitude de l’électrostimulation et qui sont désireuses d’effectuer plusieurs cycles d’entraînement. La logique de cycle fait référence à la charge de travail effectuée en électrostimulation. 
    En règle générale, le passage au cycle supérieur modifiera les temps de repos et les temps de contraction. Et tout comme un entraînement normal, il faut commencer par une quantité de travail puis l’augmenter au fil des cycles. Il est donc recommandé de débuter par le 1er cycle et de passer au niveau suivant quand le cycle est terminé, normalement après 4 à 6 semaines de stimulation à raison de 3 séances par semaine. Il est aussi important d’avoir atteint des intensités de stimulation significatives lors des séances avant de passer à un autre cycle.
    A la fin d’un cycle, il est possible soit de débuter un nouveau cycle soit de réaliser un entretien musculaire en restant sur le même cycle à raison d’1 séance par semaine.

    Il existe sur notre site internet différents plans d’entrainement adaptés à votre sport et vos objectifs sportifs.

    Rendez-vous sur le site Compex : https://fr.compexstore.com/

     

  5. Formation Module 1 - Fonctionnement et bénéfice de l'électrostimulation

    L'électrostimulation, qu'est ce que c'est?

    De manière naturelle quand nous voulons contracter un muscle, notre cerveau envoie une impulsion électrique via notre système nerveux jusqu’au muscle. Ceci provoque la contraction. Avec l’électrostimulation, ce processus naturel va être respecté. L’appareil, l’électrostimulateur, envoie une impulsion électrique via les électrodes jusqu’au nerf moteur situé dans le muscle. Ceci provoque une contraction.

     

    L’électrostimulation, quels sont les effets ?

    En travail volontaire, on ne peut donner qu’un seul type d’ordre au muscle : la contraction. Avec l’électrostimulation, nous pouvons travailler sur plusieurs types de sensations via des fréquences d’impulsions différentes : les contractions, les battements et les fourmillements.

    Ces 3 sensations vont agir sur 3 champs d’application différents :

    • La préparation physique et l’esthétisme
    • La récupération et le massage
    • Le traitement des douleurs

     

    Préparation physique et esthétisme

    Pour le développement de la préparation physique il existe différents programmes : la force, l’endurance, la résistance ou l’explosivité. Ces différents programmes vont vous permettre de travailler en fonction de vos objectifs. Un marathonien cherchera à développer son endurance tandis qu’un sprinteur cherchera à développer son explosivité.

    Pour l’esthétisme, il existe différents programmes de tonification, de raffermissement ou de galbe. Vous pourrez ainsi, sculpter vos abdos, développer vos pecs, raffermir votre ventre ou sculpter vos fessiers.

     

    Récupération et massage

    Les programmes de récupération favorisent et accélèrent la récupération après une sollicitation musculaire intense.

    Les programmes de massage, quant à eux, permettent de lutter contre les sensations de fatigue et de générer un effet relaxant.

     

    Traitement des douleurs

    Il existe différents types de douleurs : articulaire, musculaire ou tendineuse qui peuvent être traitées avec l’électrostimulation. Preuves de leur efficacité, ces programmes sont utilisés par les centres  anti-douleur pour soulager leurs patients.

     

    L’électrostimulation pour qui ?

    Pour tout le monde. Nul besoin d’être sportif de haut niveau pour recourir à l’électrostimulation.

    Les sportifs amateurs l’utilisent afin de mieux préparer leur échéance sportive, mieux récupérer après un entraînement ou prévenir d’éventuelles blessures.

    Les femmes enceintes utilisent également l’électrostimulation pour soulager leurs jambes lourdes.

    Les séniors pour traiter leurs douleurs au quotidien ou maintenir une activité musculaire.

    Les personnes pratiquant une activité physique y ont recours pour rester en forme ou entretenir leur silhouette.

    Il existe forcément un programme d’électrostimulation qui répond à vos besoins !

     

    Contre-indications

    S’il n’existe pas de contre-indications formelles à la pratique de l’électrostimulation, il faut toutefois porter une attention particulière aux profils suivants :

    • Les porteurs de pacemaker
    • Les personnes épileptiques
    • Les femmes enceintes sur la région lombaire et au niveau de l’abdomen sur les programmes de contraction

    En cas de blessure ou de problème médical important, il est fortement conseillé d’obtenir l’avis d’un professionnel de santé.

     

    A priori de l’électrostimulation

    • Ca fait maigrir ?

    NON, l’électrostimulation ne fait pas maigrir car il n’agit que sur le muscle. En revanche, un programme abdo participera à un meilleur gainage et permettra d’affiner la silhouette.

    Si l’efficacité des programmes Compex est validée par des études scientifiques, son utilisation reste néanmoins complémentaire à la pratique d’une activité physique.

    • Ca fait mal ?

    NON pour les programmes de récupération et de traitement des douleurs. En revanche pour les programmes de préparation physique, comme en sport, plus vous augmentez l’intensité, plus vous aurez des résultats. Il est donc fortement conseillé d’augmenter les intensités, quitte à ressentir quelques douleurs musculaires.

    • Je peux pratiquer une autre activité en même temps qu’une séance d’électrostimulation ?

    OUI et NON. S’il est conseillé d’ajouter une contraction volontaire à une séance d’électrostimulation, il sera fortement déconseillé de faire le ménage ou la vaisselle pendant une séance de renforcement.

     

    L’électrostimulation Compex

    Une séance d’électrostimulation dure en moyenne 20 minutes et ne nécessite pas de matériel supplémentaire pour sa réalisation. Par exemple, la séance Sculpter mes abdos équivaut à 350 abdos.

    Lors d’une séance d’électrostimulation, le cerveau n’étant pas sollicité, cela n’engendre pas de fatigue nerveuse centrale. Cela permet d’augmenter les charges de travail sur le muscle.

    L’articulation n’étant pas sollicitée pendant une contraction électro-induite cela n’engendre pas de contraintes articulaires ou tendineuses.

    Compex regroupe l’ensemble des avantages de l’électrostimulation que nous venons d’évoquer. De plus, nos appareils bénéficient d’une impulsion maîtrisée, ce qui est gage de sécurité.

    Les appareils Compex sont dotés de 4 canaux ce qui vous permet d’effectuer un travail complet et ciblé.

    Doté de la technologie Muscle Intelligence, les appareils Compex permettent d’adapter les paramètres d’impulsion à votre physiologie.

    Les appareils Compex sont utilisés et recommandés pas les kinésithérapeutes.

    Compex est la seule marque d’électrostimulation à proposer une garantie de 3 ans sur l’ensemble de ses appareils.

    Compex est proche de ses utilisateurs, notamment grâce à une hotline basée en France.

    De plus, nous avons développé tout un ensemble d’outils tel que des vidéos ou des livrets d’entraînement qui vous permettent de mieux vivre l’expérience Compex.

    Rendez-vous sur le site Compex : https://fr.compexstore.com/

  6. Traitement des tendinopathies

    QU'EST-CE QU'UNE TENDINITE ?

    La tendinite est une inflammation d’un tendon qui provoque une douleur importante et qui peut devenir chronique. 
    Fréquente chez les personnes qui effectuent des gestes répétitifs et chez les sportifs, il faut pouvoir soigner une tendinite afin de reprendre rapidement une activité normale.

     

    CONSEILS

    Un premier conseil si vous ne l’avez déjà fait, est d’aller consulté un médecin ou un kinésithérapeute qui pourront évaluer l’ensemble des mesures à mettre en place pour traiter efficacement la tendinite.

     

    COMMENT TRAITER LES TENDINITES AVEC COMPEX ? 

    De façon habituelle, la tendinopathie débute par une phase aigüe ou inflammatoire au cours de laquelle la région du tendon est chaude et rouge, la douleur est vive et apparaît à la palpation du tendon et lors des mouvements. A ce stade la douleur interdit la pratique du sport et gêne même parfois les gestes de la vie quotidienne comme la descente des escaliers par exemple. Le programme Tendinite permet de soulager efficacement les douleurs tendineuses pendant la phase inflammatoire pendant laquelle le repos sportif complet doit être respecté. Une reprise trop précoce ou insuffisamment progressive de l’entraînement sont des facteurs reconnus de rechutes pouvant entraîner une indisponibilité de longue durée.
    Lorsque le stade de la phase aigüe est surmonté, l’affection du tendon entre le plus souvent dans une phase chronique, pour laquelle le programme Douleur musculaire devient alors (mais pas avant !) le traitement recommandé.

    Pendant cette deuxième phase, les signes évidents d’inflammation (chaleur, rougeur) ont disparus. La douleur n’est plus présente et n’entrave plus les gestes de la vie quotidienne comme la descente des escaliers. Mais une gêne persistante ou un léger réveil de la douleur survient lors de la reprise même extrêmement progressive de l’entraînement. Il convient de noter que la reprise de l’activité sportive doit toujours se faire avec le feu vert d’une autorité médicale et de façon extrêmement progressive (footing lent et de courte durée sur terrain souple pour commencer). L’apparition d’une gêne ou le réveil de la douleur doit en principe toujours faire interrompre la séance d’entraînement. Pendant cette phase chronique, le tendon est en phase de convalescence, il peut exister des microlésions des fibres tendineuses qui sont alors en cours de cicatrisation. Le programme Douleur musculaire permet d’entraîner une forte augmentation de la circulation sanguine dans l’ensemble des muscles du mollet (triceps sural) et du tendon d’Achille ce qui est très bénéfique pour favoriser le processus de cicatrisation.
    Le programme Douleur musculaire ne doit jamais être entrepris trop tôt, c’est-à-dire pendant la phase aigüe car il existe alors un risque potentiel d’aggravation des signes inflammatoires.

     

    1ère phase : phase aigüe 

    Programme Tendinite (ou Tens ou Tens modulé selon le modèle Compex)

    Durée du traitement Pendant toute la durée de la phase aigüe et la persistance des signes inflammatoires.

    Déroulement du traitement Au minimum, 1 séance tous les jours. Selon les besoins, les séances peuvent être répétées plusieurs fois au cours d’une même journée

    Placement des électrodes Il faut chercher à recouvrir toute la surface de la région douloureuse avec autant d’électrodes que nécessaire (voir ci-après les différents placements en fonction de la pathologie)
      
    Position du corps Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.
    Augmenter progressivement les intensités de stimulation jusqu’à percevoir une sensation bien prononcée de fourmillements. Montez les intensités de stimulation à un niveau plus élevé n’apporte pas d’efficacité supplémentaire et peut déclencher des contractions musculaires qui sont indésirables pour ce traitement.
    Pour les appareils munis de la technologie mi-TENS : 
    Dès qu’ une contraction est détectée, l’intensité de stimulation est automatiquement diminuée.
    Pour les stimulateurs non munis de la technologie mi-TENS :
    Si une contraction musculaire apparait, il convient de réduire manuellement légèrement le niveau de l’intensité.
     

    2ème phase : phase chronique

    Programme Douleur musculaire (ou Tendinite chronique ou Endorphinique selon le modèle Compex)

    Durée du traitement Pendant toute la durée de la phase chronique jusqu’à disparition complète des signes douloureux
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation

    Déroulement du traitement Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum  de 10 minutes de repos entre les 2 séances. 

    Placement des électrodes Voir tableau ci-après en fonction des pathologies

    Position du corps Assis ou allongé dans une position confortable
     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    Placements d'électrodes

    Télécharger la fiche

  7. Intérêts de l’électrostimulation chez les séniors

    A. Introduction

    Alors que l’espérance de vie a longtemps progressé très lentement en ne gagnant qu’une dizaine d’années entre le moyen-âge et le XIXème siècle où elle était encore d’environ 40 ans, elle atteint aujourd’hui, en France, 84,5 ans chez la femme et presque 78 ans chez l’homme.
    Cette brutale progression, qui est le résultat de nombreux facteurs (progrès de la médecine, alimentation…), s’accompagne d’une spectaculaire amélioration de l’état de santé général à un âge donné. Ainsi, le sexagénaire d’aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec celui d’il y a 100 ans qui était considéré, à juste titre d’ailleurs, comme un vieillard…
    Le vieillissement est un mécanisme extrêmement complexe qui commence dès le début de l’âge adulte, vers 18 ou 20 ans. Il ne commence toutefois à être perçu par quelques signes discrets comme une diminution de l’acuité visuelle, des délais de récupération un peu plus longs… que quelques décennies plus tard.
    L’électrostimulation est une technique qui s’est d’abord développée dans le domaine médical et principalement dans celui de la rééducation. Cette technique possède aujourd’hui de nombreuses indications dont certaines comme le travail musculaire, le soulagement de la douleur et des tensions musculaires ou l’activation de la circulation sanguine permettent aux séniors d’améliorer leur bien-être et leur qualité de vie et même dans certains cas de prévenir les effets indésirables de l’avancée en âge.
     

    B. Stimulation à visée vasculaire

    Le symptôme des jambes lourdes est une sensation pénible et/ou douloureuse que toutes les femmes connaissent bien pour y être confrontées à des fréquences variables tout au long de leur vie. En effet, les variations hormonales qui rythment la vie des femmes fragilisent les parois des veines ainsi que les valvules, sortes de clapets anti-retour jouant un rôle essentiel pour le retour veineux.
    Il est fréquent et même habituel pour la femme, que les troubles du retour veineux deviennent plus fréquents ou plus prononcés à partir  de la ménopause.
    L’homme, lui, ne découvre en général les problèmes veineux qu’à partir de la soixantaine et lors des circonstances délétères bien connues : chaleur et stations debout ou assise prolongées.
    Lorsque ces sensations pénibles de lourdeur et de tension dans les jambes apparaissent, 2 solutions simples peuvent être préconisées : placées les jambes en position surélevée ou aller marcher une demi-heure.
    La première solution consiste à inverser le rôle de la pesanteur, qui au lieu de constituer une résistance à la remontée du sang dans les tuyaux veineux, devient un allié en favorisant l’écoulement du sang veineux vers le cœur.
    Pour la deuxième solution, c’est le pompage musculaire qui est activé puisqu’en effet, à chaque pas, les contractions des muscles de la jambe et notamment ceux du mollet compriment les grosses veines profondes et propulsent le sang vers le cœur.
    L’énorme avantage du Compex est d’être capable de combiner les deux solutions en réalisant la séance d’électrostimulation avec les jambes surélevées. 
    L’activité musculaire induite par la stimulation assure un pompage veineux dont l’efficacité est multipliée par la position en déclive qui favorise également le retour sanguin.

    Programme : Jambes lourdes (ou Récupération active ou Massage relaxant selon le modèle Compex)
    La stimulation extrêmement douce et confortable des muscles du mollet réveille la pompe musculaire et enfin les 7 dernières minutes de la séance consistent en un massage relaxant qui décontracte la musculature

    Durée du traitement : Les séances peuvent être répétées à volonté selon la douleur 

    Déroulement du traitement : Possibilité de faire le programme tous les jours, à chaque fois qu’une sensation pénible se fait ressentir (il est préférable de faire une séance en fin de journée)

    Placement des électrodes

    Position du corps : Position de repos confortable, allongé ou assis, de préférence avec les jambes surélevées pour bénéficier de l’effet déclive

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    C. Soulagement de la douleur par stimulation nerveuse

    Longtemps négligé, le soulagement de la douleur est aujourd’hui une priorité thérapeutique pour le corps médical. C’est dans ce contexte que la stimulation nerveuse à visée antalgique s’est considérablement développée au cours des dernières décennies pour devenir une technique couramment prescrite lors des consultations de la douleur et quotidiennement utilisée par les kinésithérapeutes.
    Avec l’avancée en âge les «petits bobos» se font de plus en plus fréquents et peuvent nuire au confort et à la qualité de vie.
    La plupart des douleurs du sénior en bonne santé sont dues au vieillissement des structures articulaires (cartilage, disque intervertébral de la colonne vertébrale…) et de l’appareil locomoteur (muscles, tendons…). 
    Bien rare est le quinquagénaire qui échappe à quelques signes d’arthrose cervicale, lesquels peuvent se manifester par des épisodes douloureux transitoires qui sont très bien soulagés par une électrostimulation de qualité.
    Il est bien entendu, que lorsque la douleur, qui est un signal à ne pas négliger, est aigüe et/ou non soulagée, il est nécessaire de consulter son médecin qui est le seul habilité à établir un diagnostic et à mettre en place les moyens thérapeutiques appropriés. 
    De façon basique, il existe 2 types de traitement visant à soulager la douleur :
    Le programme Antidouleur TENS parfois appelé aussi Gate Control qui consiste à exploiter un phénomène naturel que chacun a pu expérimenter en se frottant vigoureusement une région endolorie après un choc par exemple. Ce type de programme est approprié pour soulager les douleurs articulaires comme celles engendrées par de l’arthrose par exemple, les irradiations nerveuses douloureuses comme la sciatique, ainsi que toutes les douleurs qui ne sont pas d’origine musculaire.
    Le programme ‘Douleur Dos’ agit par 2 moyens différents : le premier en augmentant la production d’une substance naturelle ayant des propriétés analgésiques : les endorphines, mais aussi en augmentant de façon importante la circulation du sang dans la zone de stimulation. Ce type de programme est le traitement de choix du "mal de dos" qui est en général causé par des tensions musculaires permanentes appelées contractures.
    Un autre intérêt particulier de la stimulation nerveuse antalgique est l’absence d’effet secondaire ce qui rend son utilisation particulièrement pertinente pour des personnes qui ne supportent pas ou plus les effets secondaires de certains traitements pharmacologiques.

    PROGRAMME ANTIDOULEUR TENS

    Programme : Antidouleur TENS (ou Tens modulé selon le modèle Compex)

    Durée du cycle : Pendant toute la durée de la phase aigüe et la persistance des signes inflammatoires. Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée  après la première semaine d’utilisation

    Déroulement du cycle : Au minimum, 1 séance tous les jours. Selon les besoins, les séances peuvent être répétées plusieurs fois au cours d’une même journée

    Placement des électrodes : Il faut chercher à recouvrir toute la surface de la région douloureuse avec autant d’électrodes que nécessaire
      
    Exemple placement électrodes pour réaliser le programme Antidouleur TENS

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.
    Pour les appareils non munis de la technologie mi-TENS, il faut chercher à obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.
    Augmenter progressivement les énergies de stimulation jusqu’à percevoir une sensation bien prononcée de fourmillements. Réduisez le niveau des énergies de stimulations dans le cas où une contraction musculaire indésirable apparaîtrait.
    Pour les appareils munis de la technologie mi-TENS, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale permet de réguler automatiquement le niveau des énergies de stimulation pour éviter toute contraction musculaire inopportune.
    - Sur le SP 4.0 et le SP 8.0, dès que l’intensité sera trop haute et qu’une contraction indésirable aura été détectée, l’appareil va faire redescendre automatiquement les intensités
     

    PROGRAMME DOULEUR DOS (VERTEBRAL)

    Programme : Lumbago (ou Décontracturant selon le modèle Compex)

    Durée du cycle : Pendant toute la durée de la phase chronique jusqu’à disparition complète des signes douloureux
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation

    Déroulement du cycle : Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum  de 10 minutes de repos entre les 2 séances. 

    Placement des électrodes


      
    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    D. Prévention du vieillissement musculaire

    Comme les autres organes, nos muscles vieillissent progressivement et nous perdons ainsi environ un quart de notre masse musculaire entre 30 et 70 ans (Lexell 1983).
    Ce vieillissement musculaire se manifeste par une diminution très progressive de la force qui devient perceptible le plus souvent après 50 ans.
    Lorsqu’elle est prononcée, comme on peut le voir parfois chez des personnes de grand âge, cette diminution des qualités musculaires entraîne une dégradation de la marche qui devient difficile et moins stable, une impossibilité de monter des escaliers, des difficultés à effectuer les transferts…donc une altération souvent sévère de l’autonomie.
    Parmi les nombreux facteurs impliqués dans ce processus du vieillissement musculaire, l’inactivité ou la réduction de l’activité est souvent pointée du doigt puisqu’il s’agit d’un des facteurs les plus importants, mais surtout d’un facteur que l’on peut corriger !
    Une activité physique régulière est ainsi largement préconisée chez les séniors, notamment lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite où bien souvent l’activité physique décroît avec la cessation de l’activité professionnelle.
    L’électrostimulation n’a pas pour but de se substituer à toute activité physique volontaire qui est toujours très bénéfique pour la santé en général et le système cardio-vasculaire en particulier, mais plutôt de permettre un travail complémentaire de  musculation légère adapté à la prévention du vieillissement.
    Ainsi 2 séances de programme Musculation par semaine (3 pour les plus motivé(e)s), réalisées les jours sans activité physique augmentent la sollicitation musculaire globale de la semaine et permettent de ralentir les effets indésirables du vieillissement musculaire.
    Attention toutefois, pour être efficaces, ces séances demandent un peu de motivation et d’abnégation. Ainsi, il n’est pas possible de se livrer à une autre activité en même temps que la stimulation qui provoque des contractions puissantes impliquant les fibres musculaires les plus profondes. 
    exemple d’un programme musculation quadriceps

    Programme : Musculation

    Durée du cycle : 2-3 séances par semaine pendant 6 semaines

    Placement des électrodes

    Position du corps :

    - Assis sur un siège ferme 
    - Assis avec les genoux pliés à environ 90° 
    - Les chevilles bloquées pour éviter l’extension des genoux lors des puissantes contractions

     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.

    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    Ceci est déterminant, car l’intensité détermine directement le pourcentage de fibres musculaires que vous sollicitez. Comme seules celles qui travaillent progressent, il faut toujours essayer d’en faire travailler le plus possible = monter l’intensité le plus haut possible.
    Parce que tout le monde s’habitue à la technique,  vous devez, en particulier,  toujours chercher à monter régulièrement les intensités tout au long de chaque séance (par exemple toutes les 4 à 5 contractions), ainsi que d’une séance à l’autre.
    Une bonne façon de procéder, est de se donner comme objectif de chaque séance de dépasser le niveau d’intensités atteint lors de la séance précédente !
    Vous devez donc très rapidement atteindre un niveau d’intensité/énergie d’au moins 100, puis chercher à vous rapprocher d’un niveau d’environ 250, il n’est pas rare de voir certains sportifs monter jusqu’au maximum (999).

    Augmentez seulement dans la phase de contraction.
    En phase de repos, les intensités se divisent par 2 et vous n’avez pas besoin d’augmenter. 
    (Pendant la phase d’échauffement et de récupération : augmentez jusqu’à obtenir des secousses musculaires bien prononcées qui restent confortables. Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé»)
    - Sur les appareils filaires, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

    - Sur les appareils sans fils, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

     

    Télécharger la fiche

  8. Compex® : le partenaire idéal pour vous aider à effacer les stigmates de la grossesse

    La grossesse est une parenthèse, le plus souvent heureuse, dans la vie d’une femme qui s’accompagne d’importantes modifications de l’organisme sous l’effet d’un profond bouleversement hormonal. Après l’accouchement, le corps doit retrouver ses formes initiales, ce qui pourra prendre plus ou moins de temps, selon le cas de chaque femme. 
    Compex® propose des stimulateurs de qualité, dont certains modèles (gamme Fitness) sont plus particulièrement adaptés aux besoins féminins et en particulier à ceux de la jeune Maman.
    La période du post-partum va de l’accouchement jusqu’au retour des premières règles et doit être consacrée en priorité à la surveillance médicale pour éviter certaines complications rares, mais toujours possibles de l’accouchement. C’est dans ce contexte, que la plupart des femmes pratiqueront chez leur sage-femme ou leur kinésithérapeute des séances d’électrostimulation périnéales pour rééduquer les muscles constituant le plancher pelvien et prévenir ainsi les risques d’incontinence. Ces séances se feront le plus souvent avec des appareils Compex de la gamme Professionnelle et ne doivent jamais être improvisées avec du matériel inadapté ni sans la supervision d’un professionnel de santé.
     

    Programme Sculpter mes abdos

    Lorsque cette rééducation est achevée, il est alors possible de mettre en place à la maison, un programme visant à restaurer la fermeté de la musculature et en premier celle des muscles abdominaux. L’avantage de la technique de l’électrostimulation est d’être pratiquée sans mouvement associé, donc en limitant considérablement les risques de se faire mal au dos, et d’être capable d’imposer d’énormes quantités de travail aux muscles stimulés !
    Cependant pour être efficace, quelques conditions supplémentaires sont indispensables :
    Toujours rechercher à travailler à son maximum, c’est-à-dire à progresser régulièrement dans la puissance des contractions générées par la stimulation
    Être régulière dans sa pratique : au minimum 3 séances par semaine pendant 6 semaines est la dose minimale qui permet d’obtenir des résultats vraiment surprenants !

    Programme : Sculpter mes abdos

    Durée du cycle et fréquence des séances : 3 séances par semaine pendant 6 semaines
    Être régulière dans sa pratique : au minimum 3 séances par semaine pendant 6 semaines est la dose minimale qui permet d’obtenir des résultats vraiment surprenants !
    Notez que vous pouvez faire travailler plusieurs groupes musculaires dans la même journée par exemple : abdos, cuisse, bras tout va dépendre du temps que vous avez... Mais qu’il n’est pas recommandé de travailler le même groupe musculaire plusieurs fois le même jour. 

    Placement des électrodes

    Position du corps et Exercices associés

    L’exercice le plus simple consiste à se placer en position assise avec les avant-bras qui reposent sur un accoudoir
    L’exercice volontaire associé à la contraction simultanée des muscles abdominaux et lombaires consiste à :
    - Rentrer le ventre
    - Souffler lentement pour vider complètement les poumons en environ 8 secondes
    - Faire un effort d’auto-grandissement en rentrant le menton

    Lorsque cet exercice est facilement réalisé et que des intensités de stimulation significatives sont atteintes, il est possible de réaliser la séance de stimulation en se plaçant en position de gainage, par exemple en appui facial sur les avant-bras ou sur le côté et de maintenir la position sur 2 puis 3 cycles de contractions. La technologie mi-ACTION du SP8.0 facilite ce type de travail combiné qui accroît encore l’efficacité de l’électrostimulation.
    Découvrez d’autres exercices associés sur la fiche «Sculpter mes abdos»
     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.

    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    Ceci est déterminant, car l’intensité détermine directement le pourcentage de fibres musculaires que vous sollicitez. Comme seules celles qui travaillent progressent, il faut toujours essayer d’en faire travailler le plus possible = monter l’intensité le plus haut possible.
    Parce que tout le monde s’habitue à la technique,  vous devez, en particulier,  toujours chercher à monter régulièrement les intensités tout au long de chaque séance (par exemple toutes les 4 à 5 contractions), ainsi que d’une séance à l’autre.
    Une bonne façon de procéder, est de se donner comme objectif de chaque séance de dépasser le niveau d’intensités atteint lors de la séance précédente !
    Vous devez donc très rapidement atteindre un niveau d’intensité/énergie d’au moins 100, puis chercher à vous rapprocher d’un niveau d’environ 250, il n’est pas rare de voir certains sportifs monter jusqu’au maximum (999).

    Augmentez seulement dans la phase de contraction.
    En phase de repos, les intensités se divisent par 2 et vous n’avez pas besoin d’augmenter. 
    (Pendant la phase d’échauffement et de récupération : augmentez jusqu’à obtenir des secousses musculaires bien prononcées qui restent confortables. Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé»)
    - Sur les appareils filaires, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

    - Sur les appareils sans fils, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

     

    En fonction de la morphologie de chaque femme, une stratégie semblable pourra être mise en place pour les muscles fessiers et ceux des cuisses.
     

    Programme Jambes lourdes

    A côté de cette première utilisation à visée «musclante» qui est la marque de fabrique Compex (celle adoptée par de très nombreux sportifs), la jeune Maman pourra aussi utiliser son stimulateur pour son bien-être et en particulier pour l’aider à se débarrasser de deux manifestations aussi fréquentes que pénibles : les troubles du retour veineux et le mal de dos.
    La grossesse est en effet souvent responsable de l’apparition ou de l’aggravation de troubles du retour veineux, en raison de la compression plus ou moins prononcée de gros vaisseaux sanguins situés dans l’abdomen. Le programme «Jambes lourdes» pour les cas plus sérieux, est ici d’une efficacité exceptionnelle pour faire disparaître très rapidement la sensation pénible de lourdeur et de tension ressenties au niveau des jambes et des chevilles. Ceci n’est pas étonnant, car la stimulation présente l’avantage de pouvoir associer les 2 moyens reconnus pour apaiser ces douleurs : l’activité musculaire responsable d’un effet de pompage et le déclive, c’est-à-dire les membres inférieurs en position surélevée, ce qui est difficilement réalisable par d’autres moyens !!!  La séance dure une vingtaine de minutes, donc facile à mettre en place pendant une sieste de bébé, il suffit de s’allonger sur son canapé avec les jambes surélevées sur quelques coussins. Quelques électrodes adhésives placées sur les mollets et la stimulation peut débuter provoquant une sorte de massage doux et en profondeur qui permet à la fois de vidanger tout le sang qui stagne dans les veines et de décontracter les muscles du mollet.

    Programme : Jambes lourdes (ou Récupération active ou Massage relaxant selon le modèle Compex)
    La stimulation extrêmement douce et confortable des muscles du mollet réveille la pompe musculaire et enfin les 7 dernières minutes de la séance consistent en un massage relaxant qui décontracte la musculature

    Durée du traitement : Les séances peuvent être répétées à volonté selon la douleur 

    Déroulement du traitement : Possibilité de faire le programme tous les jours, à chaque fois qu’une sensation pénible se fait ressentir (il est préférable de faire une séance en fin de journée)
     

    Placement des électrodes


    Position du corps : Position de repos confortable, allongé ou assis, de préférence avec les jambes surélevées pour bénéficier de l’effet déclive

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    Programme Lumbago ou Douleur musculaire

    Nombreuses enfin, sont les jeunes Mamans qui souffrent de douleurs dorsales ou lombaires et ceci parfois pendant de nombreux mois après leur accouchement. Les raisons sont multiples, la prise de poids, la modification de la statique vertébrale (la façon de se tenir), la plus grande élasticité de certains éléments (ligaments…) pendant la grossesse auquel s’ajoute le port du bébé pendant de longues durées chaque jour.
    Ces douleurs vertébrales sont en fait sauf exceptions des douleurs musculaires dus à des contractures, c’est-à-dire à un état de contraction involontaire, permanent plus ou moins prononcé.
    Lorsqu’elle se prolonge, cette situation aboutit à un engorgement du muscle en nombreuses toxines acides qui empoisonne le muscle, lequel se manifeste alors par des douleurs toujours pénibles.
    Bien connu des kinésithérapeutes, une stimulation spécifique appliquée sur les muscles concernés permet d’abord de soulager la douleur en libérant une substance naturelle qui agit contre la douleur (les endorphines), mais aussi et surtout permet d’agir sur la cause même de la douleur en drainant les toxines responsables de la douleur.

    Programme : Lumbago (ou Décontracturant selon le modèle Compex) 

    Durée du traitement : Même si seulement deux à trois séances suffisent en général pour faire disparaître la douleur, il est toujours recommandé d’appliquer une douzaine de séances pour éliminer tout risque de récidive en restaurant une bonne vascularisation du muscle.

    Placement des électrodes

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

    Télécharger la fiche

  9. Electrostimulation et golf

    L’électrostimulation est une technique aux effets reconnus utilisée de longue date dans le domaine de la rééducation. Depuis ses premières utilisations chez les sportifs à la fin des années 60, de nombreuses études scientifiques ont validé les bénéfices obtenus chez des sportifs de nombreuses disciplines (volley, rugby, foot, basket, natation, gymnastique etc…). Aujourd’hui de plus en plus nombreux sont les coachs sportifs à avoir intégré l’électrostimulation comme technique complémentaire de l’entraînement, comme Rick Stassi, Directeur de la performance à la prestigieuse PGA West Golf Academy (La Quinta-  Californie).
    Parfait contrôle et puissance des courants de stimulation sont les deux facteurs déterminants de l’efficacité sur lesquels Compex a bâti sa réputation pour devenir l’incontestable leader mondial de la spécialité !
     

    STIMULATION MUSCULAIRE : PERFORMANCE ET PREVENTION

    Longtemps délaissée par les golfeurs, l’amélioration de la condition physique et particulièrement le renforcement musculaire sont reconnus aujourd’hui pour être indispensables pour atteindre un niveau de jeu significatif, mais aussi pour prévenir les blessures qui sont fréquentes parmi les pratiquants de tous niveaux.
    L’électrostimulation  présente à cet effet de nombreux avantages :
    - Les séances sont réalisables à la maison sans le recours à des appareils de musculation
    - La nature du travail imposée par chaque programme est spécifique et permet de développer la qualité musculaire recherchée (endurance, force, puissance etc…)
    - Le mode d’exercice induit par la stimulation est très peu contraignant pour les articulations, nettement moins que lors d’exercices de musculation, ce qui en fait une technique particulièrement recherchée en rééducation.
    A l’exception de rares muscles situés très en profondeur, tous les groupes musculaires peuvent être stimulés en disposant quelques électrodes sur des zones répertoriées du muscle. Cependant, pas question de stimuler les 69 muscles impliqués dans le swing, mais plutôt de cibler un à trois groupes musculaires identifiés comme prioritaires.
    La plupart des joueurs et  joueuses choisiront parmi les 3 objectifs suivants :

    1. Renforcement des abdominaux et des muscles lombaires 

    Objectif
    • Améliorer le maintien correct de la posture lors du backswing
    • Faciliter la transmission des forces lors du swing
    • Prévenir les lombalgies
       
    Programme : Gainage (ou Musculation selon le modèle Compex)

    Durée du cycle et fréquence des séances : 3 séances par semaine pendant 6 semaines

    Placement des électrodes : Les 4 canaux sont nécessaires pour pouvoir stimuler efficacement les abdos et les muscles lombaires.


      
    Position du corps et Exercices associés :

    L’exercice le plus simple consiste à se placer en position assise avec les avant-bras qui reposent sur un accoudoir
    L’exercice volontaire associé à la contraction simultanée des muscles abdominaux et lombaires consiste à :
    - Rentrer le ventre
    - Souffler lentement pour vider complètement les poumons en environ 8 secondes
    - Faire un effort d’auto-grandissement en rentrant le menton
     

    Lorsque cet exercice est facilement réalisé et que des intensités de stimulation significatives sont atteintes, il est possible de réaliser la séance de stimulation en se plaçant en position de gainage, par exemple en appui facial sur les avant-bras ou sur le côté et de maintenir la position sur 2 puis 3 cycles de contractions. La technologie mi-ACTION du SP8.0 facilite ce type de travail combiné qui accroît encore l’efficacité de l’électrostimulation.

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.
    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    (voir également le chapitre : Comment augmenter correctement l’intensité pour un programme de stimulation musculaire ?)
     

    2. Développement de la force des cuisses  

    Objectif
    • Améliorer la stabilité des appuis au sol
    • Renforcer le pivot (cuisse droite) lors de l’enroulement du corps
    • Maintenir une symétrie musculaire satisfaisante en réalisant les séances pour les deux cuisses

    Programme : Force

    Durée du cycle et fréquence des séances : 3 séances par semaine pendant 6 semaines

    Placement des électrodes :


           

    Position du corps :

    - Assis sur un siège ferme 
    - Assis avec les genoux pliés à environ 90° 
    - Les chevilles bloquées pour éviter l’extension des genoux lors des puissantes contractions

    OU

    - Assis sur un siège ferme 
    - Se placer en position de demi-squat dès l’installation de la contraction 
    - Se rassoir à la fin de la contraction 
    - Veiller à conserver le dos bien droit, région lombaire cambrée, regard à l’horizontal

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.
    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    (voir également le chapitre : Comment augmenter correctement l’intensité pour un programme de stimulation musculaire ?)

     

    3. Amélioration du grip par un travail spécifique des muscles du poignet   

    Objectif
    • Faciliter le grip avec une position correcte des deux mains
    • Améliorer la stabilité du poignet
    • Prévenir les pathologies du coude en renforçant les insertions musculaires

    Programme : Résistance

    Durée du cycle et fréquence des séances : 3 séances par semaine pendant 6 semaines

    Placement des électrodes

    Position du corps : Placez vous assis, l’avant-bras en appui sur une table ou tout autre appui. Afin d’éviter la flexion prononcée du poignet et des doigts lors des contractions. Il est recommandé de tenir fermement un objet cylindrique dur dans la main.

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.
    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    (voir également le chapitre : Comment augmenter correctement l’intensité pour un programme de stimulation musculaire ?)

    Exemple de planification des séances hebdomadaires Compex
    Pour être efficace, l’entraînement par électrostimulation doit se faire à raison de 3 séances par semaine pendant 3 ou 4 semaines pour un même muscle.  Pour éviter un effet de lassitude, il est préférable de choisir 1 objectif, voire 2 car au-delà, l’expérience montre que les séances sont, soit abandonnées précocement, soit mal réalisées avec une intensité insuffisante.

    Ci-dessous un exemple de planification des séances hebdomadaires Compex : 

     

     

     

    Augmenter correctement l’intensité pour un programme de stimulation musculaire
    Comment augmenter correctement l’intensité pour un programme de stimulation musculaire ?

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.

    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    Ceci est déterminant, car l’intensité détermine directement le pourcentage de fibres musculaires que vous sollicitez. Comme seules celles qui travaillent progressent, il faut toujours essayer d’en faire travailler le plus possible = monter l’intensité le plus haut possible.
    Parce que tout le monde s’habitue à la technique,  vous devez, en particulier,  toujours chercher à monter régulièrement les intensités tout au long de chaque séance (par exemple toutes les 4 à 5 contractions), ainsi que d’une séance à l’autre.

    Une bonne façon de procéder, est de se donner comme objectif de chaque séance de dépasser le niveau d’intensités atteint lors de la séance précédente !
    Vous devez donc très rapidement atteindre un niveau d’intensité/énergie d’au moins 100, puis chercher à vous rapprocher d’un niveau d’environ 250, il n’est pas rare de voir certains sportifs monter jusqu’au maximum (999).

    Augmentez seulement dans la phase de contraction.
    En phase de repos, les intensités se divisent par 2 et vous n’avez pas besoin d’augmenter. 
    (Pendant la phase d’échauffement et de récupération : augmentez jusqu’à obtenir des secousses musculaires bien prononcées qui restent confortables. Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé»)
    - Sur les appareils filaires, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

    - Sur les appareils sans fils, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

     

    GESTION DES BLESSURES ET RECUPERATION

     

    Aujourd’hui prescrit par les médecins des consultations spécialisées de la douleur, l’électrothérapie antalgique est d’une efficacité remarquable pour :

    1. Soulager les douleurs vertébrales  

    Particulièrement fréquent chez le golfeur, le «mal de dos» est la conséquence de contractures musculaires pouvant perdurer de nombreuses semaines ou de nombreux mois si aucun traitement efficace n’est entrepris.
    La stimulation de basse fréquence est responsable d’un premier effet qui consiste à soulager la douleur grâce à la libération d’endorphines qui agit comme un médicament, de façon chimique sur la douleur. Mais c’est surtout le second effet qui est intéressant, puisque ce dernier permet de drainer l’ensemble des toxines accumulées dans le muscle et qui sont responsables de la douleur en créant un état d’acidité. L’équilibre cellulaire est ainsi rapidement restauré, ce qui permet d’obtenir un effet décontracturant sur les muscles paravertébraux et la disparition des douleurs.

    Programme : Douleur dos (ou Dorsalgie ou Lombalgie selon le modèle Compex).

    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances quotidiennes à faire idéalement de façon espacée : une séance le matin et l’autre en fin de journée.

    Placement des électrodes : Les petites électrodes positives (bagues de couleur ou interrupteur ON/OFF) seront placées sur les points les plus douloureux qui seront repérés à la palpation.

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable.

     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    2. Traiter les douleurs tendineuses  

    Les douleurs tendineuses ou tendinopathies sont fréquentes chez le golfeur, notamment au niveau des insertions tendineuses sur le coude ou sur le poignet.
    Au stade aigü, qui est très douloureux et qui interdit la pratique du golf, des séances répétées de type TENS soulagent les douleurs. Dans un second temps, l’application de séances dites endorphiniques comme proposées plus bas, permettent d’irriguer convenablement les tendons (qui sont des organes mal vascularisés) pour accélérer la guérison des microlésions des fibres tendineuses.

    1ère phase : phase aigüe

    Programme : Tendinite (ou Tens ou Tens modulé selon le modèle Compex).

    Durée et déroulement du traitement : Pendant toute la durée de la phase aigüe et la persistance des signes inflammatoires. 
    Au minimum, 1 séance tous les jours. Selon les besoins, les séances peuvent être répétées plusieurs fois au cours d’une même journée.

    Placement des électrodes : Il faut placer 2 grandes électrodes à l’intérieur du coude de façon à encadrer l’ensemble de la zone douloureuse.

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable.

    Réglage de l’intensité

    Effet recherché : Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.
    Augmenter progressivement les intensités de stimulation jusqu’à percevoir une sensation bien prononcée de fourmillements. Monter les intensités de stimulation à un niveau plus élevé n’apporte pas d’efficacité supplémentaire et peut déclencher des contractions musculaires qui sont indésirables pour ce traitement.
    Pour les appareils munis de la technologie mi-TENS : 
    Dès qu’ une contraction est détectée, l’intensité de stimulation est automatiquement diminuée.

    Pour les stimulateurs non munis de la technologie mi-TENS :
    Si une contraction musculaire apparaît, il convient de réduire manuellement légèrement le niveau de l’intensité.

    2ème phase : phase chronique

    Programme : Douleur musculaire (ou Tendinite chronique ou Endorphinique selon le modèle Compex)

    Durée et déroulement du traitement : Pendant toute la durée de la phase chronique jusqu’à disparition complète des signes douloureux.
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation.
    Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum  de 10 minutes de repos entre les 2 séances. 

    Placement des électrodes

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

     

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

     

    Télécharger la fiche 

  10. Amélioration de l’explosivité du service chez un joueur de tennis régulier

    La mise en jeu ou service est l’un des gestes fondamentaux du tennis qui consiste à mettre en difficulté le receveur dès le premier échange et à placer, ainsi, le serveur dans les meilleures conditions pour remporter le point. Comme la plupart des fondamentaux du tennis ce geste impose la mise en jeu d’un nombre élevé de muscles exigeant de la part du joueur des qualités de coordination développées. La qualité d’un service dépend de facteurs multiples : profondeur, angle, effets de balle mais aussi de la vitesse de la balle qui perturbera d’autant plus le receveur qu’elle sera élevée. A partir d’une phase de préparation amenant le serveur en position optimale de l’ensemble du corps et avec un ″armer″ du bras, le joueur qui sert va réaliser une phase de poussée sur les jambes immédiatement suivie d’un mouvement de haut en bas du membre supérieur dont la puissance déterminera la vitesse imprimée à la balle. Parmi l’ensemble des muscles impliqués dans cette séquence du service, deux grands muscles  peuvent être considérés comme prioritaires : le Grand dorsal et le Grand Pectoral dont les contractions sont principalement responsables d’un abaissement de l’épaule et du rapprochement du bras vers la le tronc.
    Le programme Force explosive permet de développer l’explosivité de ces muscles, c’est-à-dire à la fois la force mais aussi la vitesse de la contraction musculaire grâce au régime de travail approprié à la spécificité des fibres rapides (type IIb).

    Programme : Force explosive

    Durée du cycle et fréquence des séances : 3 séances par semaine pendant 3 à 6 semaines (au minimum 3 semaines) pendant la phase de préparation.

    Placement des électrodes


    Position du corps :

    - Position debout ou assise
    - Dos droit
    Pour les sportifs aguerris, vous pouvez associer une contraction volontaire et travailler de façon dynamique en adaptant la vitesse du mouvement volontaire à la durée de la stimulation

     

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Provoquer de puissantes contractions impliquant le plus grand nombre de fibres musculaires possibles.

    Il est important de monter régulièrement l’intensité jusqu’au maximum supportable !
    Ceci est déterminant, car l’intensité détermine directement le pourcentage de fibres musculaires que vous sollicitez. Comme seules celles qui travaillent progressent, il faut toujours essayer d’en faire travailler le plus possible = monter l’intensité le plus haut possible.
    Parce que tout le monde s’habitue à la technique,  vous devez, en particulier,  toujours chercher à monter régulièrement les intensités tout au long de chaque séance (par exemple toutes les 4 à 5 contractions), ainsi que d’une séance à l’autre.
    Une bonne façon de procéder, est de se donner comme objectif de chaque séance de dépasser le niveau d’intensités atteint lors de la séance précédente !
    Vous devez donc très rapidement atteindre un niveau d’intensité/énergie d’au moins 100, puis chercher à vous rapprocher d’un niveau d’environ 250, il n’est pas rare de voir certains sportifs monter jusqu’au maximum (999).

    Augmentez seulement dans la phase de contraction.
    En phase de repos, les intensités se divisent par 2 et vous n’avez pas besoin d’augmenter. 
    (Pendant la phase d’échauffement et de récupération : augmentez jusqu’à obtenir des secousses musculaires bien prononcées qui restent confortables. Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé»)
    - Sur les appareils filaires, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

    - Sur les appareils sans fils, affichage du déroulement de la séance sur l’écran :

    Télécharger la fiche

Articles 11 à 20 sur un total de 58