Découvrez nos offres | Paiement en 4 fois sans frais avec Paypal

Etudes Cliniques et Stimulation Musculaire Compex

L'électro stimulation musculaire (ESM) est désormais une technique reconnue et son efficacité a été confirmée par de nombreuses publications scientifiques. Certaines de ces études ont été réalisées en partenariat avec Compex.

L'ÉLECTROSTIMULATION NEUROMUSCULAIRE À HAUTE FRÉQUENCE CONSTITUE-T-ELLE UN BON OUTIL D'AMÉLIORATION DES PERFORMANCES MUSCULAIRES CHEZ LE SUJET SAIN ET L'ATHLÈTE?

Auteur(s) et publication: Gondin et al., European Journal of Applied Physiology, Oct 2011, Vol. 111(10), pp.2473-87.

Dans cette étude française, les auteurs ont revu la littérature à ce sujet, dans le but de donner une vue d'ensemble des avantages et des limites de l'électrostimulation musculaire (ESM) chez les individus sains, ainsi que chez les athlètes occasionnels et ceux participant à des compétitions.

  • Un entraînement par ESM permet une augmentation significative de la force musculaire.
  • Combinée à des exercices dynamiques volontaires, l'ESM entraîne également une amélioration des aptitudes et performances spécifiques à la discipline pratiquée, comme par exemple les résultats obtenus en saut ou en sprint.
  • L'ESM est un outil d'entraînement intéressant pour les athlètes car, lors de l'électrostimulation, les fibres musculaires à contraction rapide s'activent plus facilement à des niveaux de force faibles qu'en cas d'exercice volontaire, dans lequel des niveaux de puissance supérieurs sont requis avant que ces fibres n'entrent en jeu.
  • L'ESM est idéale si la durée pouvant être consacrée au programme de renforcement musculaire est limitée. Cette méthode offre en outre diversité et variété, un facteur de motivation pour les athlètes.

EFFETS DE L'ÉLECTROMYOSTIMULATION ET DE L'ENTRAÎNEMENT DE GYMNASTIQUE CHEZ LES FILLES PRÉPUBÈRES.

Auteur(s) et publication: Deley et al., Journal of Strength and Conditioning Research, Feb 2011, Volume 25(2) pp. 520-526.

La musculation est un aspect important de l'entraînement des gymnastes en raison des efforts intenses requis dans ce sport.

Dans cette étude française, un Compex Sport a été utilisé pour observer les effets de l'électrostimulation musculaire (ESM) combinée à un programme d'entraînement de gymnastique de 6 semaines sur la force musculaire et les performances en saut vertical chez des gymnastes prépubères.

16 jeunes gymnastes de sexe féminin ont été divisées au hasard en deux groupes : un groupe recevant un entraînement par ESM en plus de l'entraînement de gymnastique et un groupe (groupe témoin) ne suivant que l'entraînement de gymnastique.

  • Après les 3 premières semaines d'entraînement par ESM, on a observé une augmentation significative de la force musculaire de l'appareil extenseur du genou, ainsi que des performances en saut, ces mêmes paramètres restant inchangés dans le groupe témoin.
  • Les améliorations en saut se sont maintenues un mois après la fin du programme d'entraînement par ESM.

Les auteurs suggèrent d'intégrer un entraînement musculaire par ESM à court terme à l'entraînement des jeunes gymnastes de manière à améliorer leur force et leurs capacités en saut.

EFFETS D'UN PROGRAMME D'ENTRAÎNEMENT PAR ÉLECTROSTIMULATION SUR LA FORCE, LES CAPACITÉS DE SAUT ET LES CAPACITÉS DE TIR DES JOUEURS DE FOOTBALL.

Auteur(s) et publication: Billot et al., Journal of Strength and Conditioning Research, May 2010, Vol. 24(5), pp. 1407-1413.

Dans cette étude française, un Compex Energy a été utilisé pour observer les effets d'un programme d'entraînement par électrostimulation musculaire (ESM) de 5 semaines sur la force musculaire (quadriceps), la vitesse de tir, ainsi que les performances en sprint et en saut vertical chez des joueurs de football.

  • 20 jeunes joueurs de football de sexe masculin ont été divisés au hasard en deux groupes d'entraînement : un groupe (groupe ESM) a bénéficié d'une électrostimulation des muscles du quadriceps pendant 5 semaines (3 sessions de 12 minutes par semaine) en plus de l'entraînement de football, tandis que l'autre groupe (groupe témoin) n'a suivi que l'entraînement de football.
  • Sur le dispositif Compex, le programme « Musculation » a été sélectionné au niveau 5.
  • Les athlètes ont été testés après 3 et 5 semaines et à chaque fois, on a observé une amélioration significative de la force musculaire du quadriceps, ainsi que des performances de tir, ce qui n'a pas été le cas pour le groupe témoin.

Les auteurs recommandent l'utilisation de l'ESM en complément de l'entraînement classique des footballeurs, car il a été démontré qu'elle permet d'améliorer durablement la force et les actions spécifiques à ce sport. Elle ajoute en outre de la variété au programme d'entraînement, un facteur de motivation pour certains joueurs. De plus, les auteurs recommandent son utilisation chez les athlètes blessés afin d'atténuer ou d'éliminer les effets de l'absence d'entraînement.

COMPARAISON DE LA RÉCUPÉRATION PAR NAGE ET DE LA STIMULATION MUSCULAIRE SUR LA BAISSE DU TAUX DE LACTATE APRÈS UNE COURSE DE VITESSE EN NATATION.

Auteur(s) et publication: Neric et al., Journal of Strength and Conditioning Research, Dec 2009, Volume 23(9) pp. 2560-2567.

En compétition de natation, les exercices consécutifs très intenses entraînent une élévation du taux de lactate dans le sang. Il a été démontré qu'une récupération active par exercice permet une réduction plus rapide du taux de lactate qu'une récupération passive, bien qu'elle soit parfois peu pratique.

Cette étude californienne a pour objectif d'évaluer l'effet de la récupération active par électrostimulation par rapport à la récupération par nage à une intensité submaximale et à la récupération passive par repos.

Le taux de lactate dans le sang a été testé avant et immédiatement après une course de vitesse de 183 mètres (200 yards), puis après 10 minutes (milieu du temps de récupération) et après 20 minutes (post-récupération).

Lors des deux dernières évaluations, la méthode de récupération par nage à une intensité submaximale a permis la plus forte baisse du taux de lactate dans le sang. La récupération par ESM a cependant entraîné une réduction sensiblement plus importante de ce taux par rapport à la récupération par repos.

Les auteurs proposent donc l'électrostimulation comme l'une des méthodes de récupération musculaire possibles dans le but de réduire le taux de lactate dans le sang. Il peut arriver que les athlètes aient un accès limité à la piscine, soient physiquement ou psychologiquement épuisés et n'aient pas envie de poursuivre l'effort physique, ou recherchent tout simplement une autre méthode de récupération. Dans ce cas, le recours à l'électrostimulation pour produire des contractions musculaires, plutôt qu'à une récupération par repos, peut permettre de réduire le taux de lactate dans les muscles et dans le sang avant la performance suivante.

EFFETS DE L'ENTRAÎNEMENT PAR ÉLECTROMYOSTIMULATION SUR LA COMMANDE NERVEUSE ET L'ARCHITECTURE MUSCULAIRE.

Auteur(s) et publication: Gondin et al. Medicine & Science in Sports & Exercise, 2005, Volume 37(8) pp. 1291-1299.

L'électrostimulation musculaire étant largement utilisée comme méthode de musculation efficace, les auteurs de cette étude française voulaient se pencher sur la manière dont les muscles et les nerfs soumis à l'électrostimulation s'y adaptent.

Ils ont divisé 20 sujets en deux groupes, un groupe soumis à l'électrostimulation et un groupe témoin. Le groupe ESM a suivi pendant 8 semaines un programme d'entraînement par ESM des muscles du quadriceps à l'aide d'un appareil Compex Sport.

  • La force musculaire maximale a augmenté de 27 % après 8 semaines d'entraînement par ESM, tandis qu'aucune amélioration n'a été observée dans le groupe témoin.
  • D'un point de vue nerveux, les auteurs ont découvert que l'entraînement avec une électrostimulation efficace améliorait l'activité générale du muscle stimulé : les nerfs moteurs sont capables d'activer plus de fibres musculaires avec l'ESM.
  • En ce qui concerne les muscles, l'entraînement par ESM permet une augmentation de la masse musculaire du quadriceps (mesurée sur la section transversale du muscle) et une amélioration de l'efficacité de l'architecture musculaire.
  • Les adaptations nerveuses ont principalement lieu pendant les 4 premières semaines d'entraînement tandis que l'adaptation musculaire devient significative entre 4 et 8 semaines.

Les auteurs en ont conclu que les gains en termes de force obtenus lors d'un entraînement par ESM sont associés à des adaptations nerveuses et musculaires.

EFFETS DE TROIS MÉTHODES DE RÉCUPÉRATION ENTRE DEUX MANCHES SUR LES PERFORMANCES DE LANCER AU BASEBALL.

Auteur(s) et publication: Warren et al., Journal of Strength and Conditioning Research, March 2011, Volume 25(3), pp. 683-688.

Au baseball et dans d'autres sports, il est important, afin d'obtenir les meilleurs résultats en compétition, que les muscles récupèrent pendant les temps de repos prévus entre les manches, lors desquelles des performances élevées sont requises.

Dans cette étude californienne, les auteurs ont comparé l'efficacité de trois formes de récupération afin de déterminer la plus efficace après une session de lancer au baseball:

1. Récupération passive : aucune activité pendant 6 minutes
2. Récupération active par jogging : 6 minutes de jogging.
3. Récupération active par ESM (électrostimulation musculaire) : 6 minutes du programme de « récupération active » du Compex Sport sur les muscles de l'épaule et du bras.

  • La récupération active par ESM à l'aide du Compex Sport entraîne la plus forte réduction du taux de lactate dans le sang, comparé aux autres méthodes qui n'ont aucun effet significatif dessus. La réduction de ce taux permet la récupération musculaire et donc une amélioration des performances lors de la manche suivante.
  • On a en effet déterminé que la vitesse de lancer après récupération par ESNM était supérieure à celle après récupération par jogging.
  • Les mesures physiologiques indiquent que la récupération perçue (subjective) est en outre meilleure après utilisation du Compex qu'après une session de jogging, ce qui est également susceptible de contribuer à une amélioration des performances de lancer lors de la manche suivante.

Les auteurs recommandent donc l'électrostimulation musculaire comme méthode de récupération de choix pour les lanceurs au baseball, en raison de la réduction du taux de lactate dans le sang associée et de l'impression qu'a l'athlète d'avoir davantage récupéré.

Matériel sources complémentaires et déclarations

Déclaration : Amélioration de votre endurance. Augmentez votre VO2max de 7% grâce à l'entraînement par électrostimulation (6 semaines).
Etude : Neuro-Muscular Electrical Stimulation Training Enhances Maximal Aerobic Capacity in Healthy Physically Active Adults.
Auteur(s) et publication: Domenico Crognale, Louis Crowe, Giuseppe DeVito, Conor Minogue, Member IEEE, and Brian Caulfield, Member IEEE

Déclaration : Récupération plus rapide. Augmentation de plus de 3 fois de la circulation sanguine dans un muscle stimulé avec Compex.
Etude : Augmentation du débit artériel fémoral sous électrostimulation neuromusculaire de la jambe.
Auteur(s) et publication: Zicot M, Rigaux PF, 1996

Déclaration : Récupération plus rapide. Réduction de la concentration de déchets musculaires avec l'utilisation Compex.
Etude : Effects of Three Recovery Protocols on Range of Motion, Heart Rate, Rating of Perceived Exertion, and Blood Lactate in Baseball Pitchers During a Simulated Game.
Auteur(s) et publication: Courtney D. Warren, David J. Szymanski, and Merrill R. Landers J Strength Cond Res July 2014

Déclaration : Amélioration de la force musculaire. Amélioration de l'explosivité de 15% après 5 semaines.
Etude : Human skeletal muscle: Phasic type of electrical stimulation increases its contractile speed.
Auteur(s) et publication: Karba R, Stefanoovska A, Dordevic S, 1990

Déclaration : Amélioration de la force musculaire. Amélioration de la détente musculaire de 14% après 4 semaines.
Etude : The effects of electrostimulation training and basketball practice on muscle strength and jumping ability.
Auteur(s) et publication: Maffiuletti NA, Cometti G, Amiridis IG, Martin A, Pousson M, Chatard JC, 2000