Blog

  1. Compex Meets... Florian Reichart

    Florian Reichart

     

    Compex: Bonjour Florian, en quelques mots peux-tu nous décrire qui tu es et d'où viens-tu ?

    Florian: Bonjour, je suis rattaché à Compex Autriche, même si j'habite en Allemagne. Je viens du "pays plat" autour de Hanovre et je suis allé étudier à Göttingen, en Basse-Saxe. Je travaille comme professeur d’anglais, d’espagnol et de sport depuis près de 10 ans.

    Compex: Quel sport fais-tu et comment en es-tu arrivé à pratiquer cette activité?

    Florian: Je suis un coureur de trail, même si je suis originaire de l'athlétisme dit «classique ». En attendant, je suis seulement sur les sentiers et je préfère courir sur des  distances entre 30 et 60 km, où j'ai déjà pu participer plusieurs fois aux championnats du monde.

     

    Florian Reichart

     

    Compex: Quel(s) programme(s) Compex utilises-tu ? 

    Florian: J'utilise les programmes de récupération et de renforcement du Compex SP 8.0, principalement pour les muscles du tronc et des jambes. En raison du grand choix de programmes, je change régulièrement.

    Compex: Super, merci Florian. Bonne chance!

    Florian: Merci!

  2. JESSICA KEISER SNOWBORDEUSE SUISSE

    Bonjour Jessica, tu es une snowboardeuse suisse et membre de l’équipe suisse de snowboard Cadre B. Nous aimerions toutefois mieux te connaître !

    Pourrais-tu te présenter rapidement ?

    Je m'appelle Jessica Keizer, j'ai 25 ans et je fais partie de l'équipe suisse de snowboard Cadre B. Je viens de Nidwald, j'ai un frère et une sœur et j'aime jouer du piano.

    Comment t’es venu cette passion pour ce sport ?

    Ma mère m'a appris à skier tôt, alors j'ai vite découvert la passion de la nature et de la neige. La compétition m'a toujours fasciné et j'ai fait mes premières expériences de course sur les skis. Plus tard, j'ai imité mon cousin plus âgé et essayé le snowboard. Avec une sorte de "coup de foudre", je suis toujours resté fidèle à ce sport. Ce qui est intéressant en snowboard, c’est que je trouve que chaque virage est différent. A chaque nouvelle course - même à chaque course - j'ai la possibilité de grandir et d'apprendre au-delà de moi-même.

    Fais-tu quelque chose d’autre dans la vie? As-tu d'autres passions que le snowboard ?

    Cela semble un peu étrange, mais j'aime aller à l'école. Actuellement, j'étudie à l'FFHS en Executive Master in Business Administration. En été, je passe de nombreuses heures au Golfpark Holzhäusern. J'aime partager ma passion pour le golf avec mes amis. Pendant mon temps libre, j'aime bien assister aux matchs de football de mon club préféré, le FC Lucerne.

    As-tu déjà des programmes que tu utilises régulièrement depuis que tu as un Compex?

    J'utilise Compex surtout en récupération. Après l'entraînement et les compétitions, la récupération est très importante pour moi. Par conséquent, j'utilise régulièrement le programme "récupération après entrainement" ou "massage relaxant"..

    Quels sont tes objectifs sportifs pour la prochaine saison ? As-tu des défis particuliers en tête ?

    Au cours de la saison hivernale en cours, mon objectif est de faire partie de l'équipe A, ce qui signifie un résultat TOP3 dans le classement général de la Coupe d'Europe. De plus, il est important d’acquérir plus d’expérience en Coupe du Monde et d’être en mesure d’approcher les sommets du monde. Je suis à l'avant-garde de la promotion sportive de l'armée. Cet été, je serai à l'armée pendant 13 semaines. Je vais profiter de la qualité exceptionnelle des infrastructures à Magglingen et que je veux me préparer au mieux pour la saison à venir.

    Voudrais-tu dire quelque chose ou remercier quelqu’un ?

    Le fait de pouvoir atteindre des performances sportives de haut niveau nécessite d’assembler différentes parties du puzzle, telles que la qualité de la neige, la condition physique, la santé mentale / physique, mon environnement proche, être coordonnés les uns avec les autres etc... Cela comprend également une équipe de supporters, des soutiens et des parrainages qui croit en moi. C’est pour cela que je vous dis un grand merci Compex! Votre confiance ne va pas de soi et je l'apprécie vraiment.

    Jessica Keiser

    WEBSITE : https://www.jessica-keiser.ch/

    INSTAGRAM : https://www.instagram.com/jessicakeiser.ch//

     

  3. TRAITER LE SYNDROME DE L'ESSUIE-GLACE

    COMMENT UTILISER SON COMPEX POUR UN SYNDROME DE L’ESSUIE-GLACE

     

    A. QU’EST-CE QUE C’EST ?

    Le Syndrome de l’Essuie-Glace ou Syndrome de la bandelette ilio-tibiale est un problème fréquent chez le coureur de longues distances. La structure concernée est une bande fibreuse, assimilable à un long tendon, qui se trouve à l’extérieur de la cuisse et qui est tendu depuis la hanche jusqu’au genou.
    C’est à ce niveau et lors de chaque foulée, que cette sorte de corde réalise des mouvements de va-et-vient, comme ceux d’un essuie-glace, créant ainsi une friction entre la bandelette tendineuse et la partie osseuse du fémur située à son contact.

     

    B. ÉLIMINER LES CAUSES POSSIBLES

    Le Syndrome de l’Essuie-Glace fait partie des blessures de surcharge qui peuvent survenir chez tous les coureurs. Cependant, cette blessure peut avoir des causes intrinsèques, c’est-à-dire propres au coureur lui-même (problèmes de genou, de pied, de bassin etc…) ou des causes extrinsèques (contenu de l’entraînement, chaussage etc…). Dans tous les cas, il est donc nécessaire de consulter un professionnel de santé qui pourra faire un bilan complet et proposer les mesures les mieux adaptées pour permettre d’éliminer le problème.

     

    C. LA BONNE UTILISATION DU COMPEX

    Cette blessure, comme la plupart des affections tendineuses, évolue le plus souvent en deux phases, pour lesquelles, le Compex ne doit pas être utilisé de la même façon.

    1ère phase
    Pendant la première phase, qui est la phase aigüe où la douleur est vive, rendant la course impossible, c’est le programme Antidouleur TENS.

     

    Programme : Antidouleur TENS
    Déroulement du cycle : Les séances peuvent être répétées à volonté selon la douleur pendant les premiers jours où le repos sportif est en principe obligatoire.
    Durée du cycle : Plusieurs séances par jour et/ou successivement sont tout à fait possible
    Position du corps : Assis ou allongé dans une position confortable
    Réglage de l’intensité : Effet recherché - Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux
    Placement des électrodes : Il faut chercher à recouvrir toute la surface de la région douloureuse avec autant d’électrodes que nécessaire

    Placement 1ère phase avec un programme TENS

     

     

    2ème phase
    Une seconde phase succède alors à la phase précédente, c’est la phase chronique où la douleur a nettement diminuée mais sans disparaître complètement. C’est le programme TENDINITE (ou Douleur Chronique ou Tendinite chronique) qu’il faut utiliser à ce stade. Ce type de stimulation va être responsable d’une activation de la circulation sanguine au niveau de la bandelette tendineuse, ce qui est assuré par la stimulation des muscles qui s’insèrent au niveau de la hanche sur la bandelette (Grand fessier et Tenseur du Fascia Lata).

     

    Programme : Tendinite (ou Douleur Chronique ou Tendinite chronique)
    Déroulement du cycle : Il faut faire une séance quotidienne, mais si possible deux en prenant soin de laisser une période de repos suffisante entre les 2 séances. Une séance le matin et une autre séance en fin de journée représentent l’utilisation optimale. A ce stade, lorsque la reprise de l’entraînement est autorisée, il convient d’être très progressif en privilégiant la course sur terrain souple et surtout de ne jamais forcer si la douleur réapparait de façon prononcée.
    Placement des électrodes : Les électrodes seront donc placées à distance de la douleur, mais c’est ainsi que la vascularisation de la structure douloureuse sera le mieux assurée

    Placement 2ème phase avec un programme TENDINITE

     

     

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable
    Réglage de l’intensité : Effet recherché - Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

  4. COMBATTRE LES MAUX LIÉS AU STRESS

    RETROUVER UN ÉTAT DE BIEN-ÊTRE APRÈS DES SITUATIONS STRESSANTES

    Les multiples contraintes de la vie quotidienne et le cortège de soucis qui peuvent l’accompagner imposent un certain degré de tension psychique face à laquelle chacun réagit différemment. Cette effervescence cérébrale et émotionnelle n’est pas sans conséquences sur notre corps qui peut y répondre par de multiples manifestations indésirables.

    La manifestation la plus fréquente est sans doute la sensation d’inconfort liée à une tension musculaire durable, parfois exacerbée par des contraintes physiques, comme le maintien prolongé de postures inadaptées au bien-être de notre organisme. Pendant ces épisodes de stress, il est difficile de se décontracter ; les muscles sont constamment excessivement tendus avec, pour conséquence, des sensations inconfortables, voire douloureuses.

    Dans une telle situation, le programme Massage Relaxant offre la possibilité de réduire les tensions musculaires grâce à une stimulation de basses fréquences parfaitement apaisante. Appliqué sur la région sensible, à raison de 2 séances par jour, ce programme permet d’effacer les sensations désagréables provoquées par une situation de stress ainsi que d’obtenir un effet de détente et le retour à un état de bien-être.

     

    EXEMPLE D’UN MASSAGE RELAXANT POUR LUTTER CONTRE LES TENSIONS MUSCULAIRES INCONFORTABLES DE LA NUQUE

     

    Programme : Massage relaxant* (ou Massage anti-stress selon le modèle Compex)
    Durée du cycle : A utiliser sur les muscles de la nuque, dès qu’une sensation occasionnelle de tension musculaire se manifeste, à répéter, si besoin est, en cas de tension musculaire particulièrement excessive.
    Déroulement du traitement : Possibilité de faire le programme tous les jours, à chaque fois qu’une sensation pénible se fait ressentir (il est préférable de faire une séance en fin de journée)

     

    Placement des électrodes :

        

     

    Position du corps :
    Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

        

     

    Réglage de l’intensité Effet recherché : Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

  5. JC SPORTS COACHING Triathlon

    Bonjour Jean-Christophe, tu es actuellement coach sportif et tu as créé il y a plusieurs années déjà JC Sports Coaching pour encadrer majoritairement des triathlètes. TU es issu d’une discipline polyvalente qu'est le triathlon et même si de nombreuses personnes connaissent ton parcours d'athlète professionnel, pourrais-tu nous en dire plus et nous présenter le coach que tu es aujourd'hui ?

    J’ai commencé le triathlon en 1987 et je suis passé professionnel en 1993. J’ai arrêté ma carrière en 2000 après ma participation aux JO de Sydney en 2000. Ensuite j’ai beaucoup pratiqué le MTB et fait du trail par hobby. Je suis revenu au triathlon en 2012 car mes deux fils ont commencé à vouloir pratiquer ce sport. Au niveau coaching, j’ai toujours entraîné des athlètes et cela même quand j’étais professionnel. Ensuite j’ai enrôlé le rôle de manager et d’entraîneur pour les rookies du team BikePark.ch en MTB. A mon retour en triathlon j’ai créé la structure JC Sports Coaching pour entraîner des athlètes en triathlon, MTB, Vélo de route et Trail. J’ai toujours adoré entraîner, le processus d’entraînement physique et de préparation mental m’a toujours plu.  

    Le triathlon a vécu ses heures de gloire mais on remarque que l'Ironman par son caractère "impressionnant" devient une discipline qui attire un nouveau public. Le constat est-il le même en Suisse ?

    Oui il est le même en Suisse au niveau Ironman. L’an passé l’Ironman de Zurich et le 70.3 de Rapperswil étaient rapidement soldout, ce qui démontre l’intérêt des athlètes populaires.

    L’Ironman offre-t-il un nouveau souffle et une meilleure visibilité pour les triathlètes ? 

    Oui il offre un nouveau souffle car l’athlète est toujours mis en valeur par les organisateurs et cela qu’il soit professionnel ou populaire. La visibilité est aussi meilleure pour les triathlètes professionnels car le niveau de pouvoir d’achat du triathlète lambda sur Ironman est supérieur à d’autres sports. Au final, cela est très intéressant pour les marques et entreprises soutenant la série Ironman. 

    On arrive plus facilement à identifier la routine d’un sportif, mais peux-tu nous en dire plus sur le quotidien et le travail d’un coach ? 

    L’organisation de mon travail commence par une batterie de test pour planifier la progression de l’athlète et ensuite l’amener à être au top sur son objectif. Je travaille avec le programme Trainingpeaks qui me permet de bien gérer la planification, la gestion de la fatigue, la charge de travail que l’athlète peut supporter etc... J’essaie de rentabiliser au mieux le temps d’entraînement et de récupération dont l’athlète a besoin. Objectif est qualité avant quantité. Je dois avouer que l’utilisation du Compex est un super Plus à ce niveau

    Tu utilises Compex à titre personnel et aussi régulièrement avec tes athlètes. Selon toi, où se trouve la plus value de l’électrostimulation en soutien de tes programmes d’entrainements ? 

    Pour ma part, la combinaison simultanée de la salle de musculation et de Compex me permet d’optimiser le travail de l’athlète à 100% et ainsi recruter les groupes musculaires sur lesquelles je souhaite les faire progresser avant tout.

    En dehors de ta casquette de Coach, quels sont tes objectifs sportifs pour les prochaines années ? As-tu  prochainement des challenges que tu veux relever ? 

    L’an prochain, je vais refaire quelques triathlons 70.3, l’Ironman de Frankfurt et j’espère être sélectionné à l’UTMB (Ultra Trail du Mont-Blanc).

    Un petit mot pour la fin ? 

    J’ai commencé à utiliser Compex il y a déjà 20 ans et je suis resté fidèle à cet outil de travail payant et à cette marque toujours innovante. Alors prenez un maximum de plaisir dans votre travail de renforcement et de récupération. Vous verrez rapidement des progrès et vous pourrez rapidement atteindre vos objectifs. Je souhaite à toutes et tous une bonne saison sportive et ayez toujours du plaisir dans ce que vous faites !

    Jean-Christophe Guinchard

     

  6. EFFACER LES STIGMATES DE LA GROSSESSE

    La grossesse est une parenthèse, le plus souvent heureuse, dans la vie d’une femme qui s’accompagne d’importantes modifications de l’organisme sous l’eff et d’un profond bouleversement hormonal. Après l’accouchement, le corps doit retrouver ses formes initiales, ce qui pourra prendre plus ou moins de temps, selon le cas de chaque femme.

    Compex® propose des stimulateurs de qualité, dont certains modèles (gamme Fitness) sont plus particulièrement adaptés aux besoins féminins et en particulier à ceux de la jeune Maman.

    La période du post-partum va de l’accouchement jusqu’au retour des premières règles et doit être consacrée en priorité à la surveillance médicale pour éviter certaines complications rares, mais toujours possibles de l’accouchement. C’est dans ce contexte, que la plupart des femmes pratiqueront chez leur sage-femme ou leur kinésithérapeute des séances d’électrostimulation périnéales pour rééduquer les muscles constituant le plancher pelvien et prévenir ainsi les risques d’incontinence. Ces séances se feront le plus souvent avec des appareils Compex de la gamme Professionnelle et ne doivent jamais être improvisées avec du matériel inadapté ni sans la supervision d’un professionnel de santé.

     

    PROGRAMME SCULPTER MES ABDOS

    Lorsque cette rééducation est achevée, il est alors possible de mettre en place à la maison, un programme visant à restaurer la fermeté de la musculature et en premier celle des muscles abdominaux. L’avantage de la technique de l’électrostimulation est d’être pratiquée sans mouvement associé, donc en limitant considérablement les risques de se faire mal au dos, et d’être capable d’imposer d’énormes quantités de travail aux muscles stimulés !

    Cependant pour être efficace, quelques conditions supplémentaires sont indispensables :

    • Toujours rechercher à travailler à son maximum, c’est-à-dire à progresser régulièrement dans la puissance des contractions générées par la stimulation
    • Être régulière dans sa pratique : au minimum 3 séances par semaine pendant 6 semaines est la dose minimale qui permet d’obtenir des résultats vraiment surprenants !

    Programme : Sculpter mes abdos
    Durée du cycle : 6 semaines
    Notez que vous pouvez faire travailler plusieurs groupes musculaires dans la même journée par exemple : abdos, cuisse, bras tout va dépendre du temps que vous avez... Mais qu’il n’est pas recommandé de travailler le même groupe musculaire plusieurs fois le même jour.

    Placement des électrodes :

    Position du corps et exercices associés

    L’exercice le plus simple consiste à se placer en position assise avec les avant-bras qui reposent sur un accoudoir.

    L’exercice volontaire associé à la contraction simultanée des muscles abdominaux et lombaires consiste à :

    • Rentrer le ventre
    • Souffler lentement pour vider complètement les poumons en environ 8 secondes
    • Faire un effort d’auto-grandissement en rentrant le menton

    Lorsque cet exercice est facilement réalisé et que des intensités de stimulation significatives sont atteintes, il est possible de réaliser la séance de stimulation en se plaçant en position de gainage, par exemple en appui facial sur les avant-bras et de maintenir la position sur 2 puis 3 cycles de contractions. La technologie muscle intelligence avec mi-ACTION du SP8. facilite ce type de travail combiné qui accroît encore l’efficacité de l’électrostimulation.

     

    PROGRAMME LUMBAGO OU DOULEUR MUSCULAIRE

    Nombreuses enfin, sont les jeunes Mamans qui souff rent de douleurs dorsales ou lombaires et ceci parfois pendant de nombreux mois après leur accouchement. Les raisons sont multiples, la prise de poids, la modifi cation de la statique vertébrale (la façon de se tenir), la plus grande élasticité de certains éléments (ligaments…) pendant la grossesse auquel s’ajoute le port du bébé pendant de longues durées chaque jour.

    Ces douleurs vertébrales sont en fait sauf exceptions des douleurs musculaires dus à des contractures, c’est-à-dire à un état de contraction involontaire, permanent plus ou moins prononcé.

    Lorsqu’elle se prolonge, cette situation aboutit à un engorgement du muscle en nombreuses toxines acides qui empoisonne le muscle, lequel se manifeste alors par des douleurs toujours pénibles.

    Bien connu des kinésithérapeutes, une stimulation spécifi que appliquée sur les muscles concernés permet d’abord de soulager la douleur en libérant une substance naturelle qui agit contre la douleur (les endorphines), mais aussi et surtout permet d’agir sur la cause même de la douleur en drainant les toxines responsables de la douleur.

    Programme : Lumbago (ou Décontracturant selon le modèle Compex)
    Durée du traitement : Même si seulement deux à trois séances suffi sent en général pour faire disparaître la douleur, il est toujours recommandé d’appliquer une douzaine de séances pour éliminer tout risque de récidive en restaurant une bonne vascularisation du muscle.

    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Placement des électrodes :

     

  7. DOULEUR CHRONIQUE DU COUDE

    ÉPICONDYLITE

    A. QU’EST-CE QUE C’EST ?

    Au niveau de la petite boule osseuse externe du coude (épicondyle) se terminent tous les tendons des muscles qui permettent d’étendre la main, le poignet et les doigts. Les mouvements de la main et des doigts transmettent donc des tensions qui sont concentrées dans la terminaison des tendons au niveau de cette boule osseuse. Lorsque les mouvements de la main sont répétitifs, comme chez les peintres, les joueurs de tennis ou même chez les personnes qui utilisent constamment une souris d’ordinateur, de petites lésions s’accompagnant d’une inflammation et de douleurs peuvent se développer au niveau de la région de l’épicondyle. On parle alors d"’ épicondylite", qui se caractérise par une douleur localisée sur la boule osseuse externe du coude lorsqu’on appuie dessus ou qu’on contracte les muscles de l’avant-bras.

     

     

    B. LA BONNE UTILISATION DU COMPEX

    Le programme Épicondylite du Compex fournit des courants spécifiques pour lutter contre ce type de douleur.
    Il intervient efficacement en complément du repos. Toutefois, vous devez consulter votre médecin si la douleur s’accentue ou ne disparaît pas rapidement après quelques séances.

    • Programme: épicondylite
    • Déroulement du cycle : min. 2 x/jour, puis adaptez selon l’évolution de la douleur. Selon les besoins, le programme Épicondylite peut être répété plusieurs fois au cours de la même journée.
    • Durée du cycle : 1 semaine
  8. Maximilien Drion Ski&Trailrunning

    Salut Maximilien, en Suisse romande, on commence à te connaître mais si tu devais te présenter, tu nous dirais quoi exactement ?

    Je dirais que je suis un Belge de 21 ans qui a déménagé en Suisse à 10 ans et qui s’est découvert une passion pour la montagne et le sport d’endurance. J’aime ce côté original, être ce petit Belge qui est à l’aise dans les montagnes.

    Tu cours et tu fais aussi beaucoup de Ski alpinisme. Mais d'où viens-tu et quel est ta profonde motivation à faire autant de sport ?

    Pour moi, la motivation est très facile à trouver. Il suffit que je regarde par la fenêtre de ma chambre à Vercorin et que je voie les montagnes en face de moi pour avoir envie d’aller les gravir. Alors quand j’étudie, je suis obligé de fermer les rideaux… En montagne, je me sens bien. Jamais je ne me dis que j’aimerais être autre part. La montagne est incroyable de puissance, on est un enfant face à elle mais elle nous grandit aussi, elle a tellement à nous offrir. C’est là que je réfléchis, m’évade, me lance des défis.

    Si il devait y avoir un truc que tu adores et un truc plus pénible à faire à l'entrainement, ça serait quoi ?

    Ce que j’adore à l’entrainement, ce sont les sorties de 2-3 heures en altitude. C’est lors de ces entrainements que je me retrouve vraiment et prends un max de plaisir. Par contre, ce qui me plaît le moins, c’est de courir à plat sur route plus de 15km. Je regarde ma montre tout le temps, me dit qu’il fait trop chaud, que c’est trop plat et que le goudron c’est moins joli qu’un petit sentier sur une arête. Mais ça me motive pour retourner en montagne au plus vite…

    Tu fais autre chose dans la vie ? Peut être des passions insoupçonnées loin des montagnes ?

    À côté du sport, je fais des études à HEC Lausanne. J’irai pas jusqu’à dire que c’est une passion même si je prends beaucoup de plaisir à combiner sport et études. Sinon, j’adore jouer aux cartes, au ping pong ou regarder un bon film.

    Si tu nous réponds aujourd'hui. c'est que tu connais Compex. Mais sincèrement c'est quoi qui te plais le plus dans l'électrostimulation ?

    Oui je connais Compex depuis 2014, l’année où j’ai intégré le BCVS Mount Asics Team. Les programmes que j’utilise le plus sont ceux de récupération et gainage. Mais ce qui me plaît le plus avec Compex, c’est le gain de temps qu’il offre. Par exemple, lorsque je fais un entrainement de gainage et qu’en même temps j’utilise mon Compex, j’ai l’impression qu’après 30min c’est comme si j’avais déjà fait 1h30 de sport. Un gain de temps aussi parce que grâce à l’électrostimulation, je récupère plus vite et me sens prêt pour enchaîner avec la prochaine séance.

    Dans 10 ans Maximilien, on le retrouve où et à faire quoi exactement ? Tu as des défis et des challenges à long terme que tu veux relever ?

    Dans 10 ans, j’aurai 30 ans. Dur à dire… Il y a 10 ans, j’habitais en Belgique et n’allait en montagne que quelques semaines par an en vacances. Mais ce que je peux dire, c’est que dans 10 ans, je serai toujours en montagne. Je ne me vois pas vivre dans un endroit tout plat haha. Niveau sportif, dans 10 ans, je serai au top de ma forme en ski-alpinisme et course de montagne. Il y a des courses qui me font rêver, que ce soit en ski-alpinisme ou en course de montagne, et j’aimerais bien pouvoir réaliser de belles performances sur celles-ci un jour.

    Un petit mot pour la fin ? T'as sûrement quelqu'un à remercier ?

    Des gens à remercier, il y en a plein. Tout au long de l’année, ils me soutiennent et m’encouragent à persévérer dans mes passions. Mais c’est ma famille que je veux remercier avant tout, ils y sont pour beaucoup dans mes succès.

    Maximilien Drion

     

  9. Traiter une périostite tibiale

    La périostite tibiale (Shin-splint) correspond à un surmenage micro-traumatique siégeant le plus souvent à la face antéro-médiale du tibia ou à son bord médial. Elle correspond à la répétition de microtraumatismes entraînant un tiraillement des aponévroses musculaires sur leurs insertions et concerne les sports tels que la course à pied où les impulsions-réceptions sont nombreuses. La périostite tibiale peut être soulagée à l’aide de l’électrostimulation, mais les effets obtenus sont assez variables d’une personne à l’autre.

    1ère PHASE : PHASE AIGÜE 
    Au cours de la phase aigüe (inflammatoire), vous ressentez de douleurs vives avec souvent des répercussions même pour certains gestes de la vie quotidienne (marche, escaliers…).

    Programme : Anti-douleur TENS (ou Tens ou Tens modulé selon le modèle Compex)
    Durée du traitement : Pendant toute la durée de la phase aigüe et la persistance des signes inflammatoires.
    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Selon les besoins, les séances peuvent être répétées plusieurs fois au cours d’une même journée.
    Placement des électrodes : Il faut chercher à recouvrir toute la surface de la région douloureuse avec autant d’électrodes que nécessaire.


    Position du corps : Placez-vous dans la position indifférente la plus confortable

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché : Obtenir un fourmillement bien prononcé, mais non douloureux.

    Augmenter progressivement les intensités de stimulation jusqu’à percevoir une sensation bien prononcée de fourmillements. Montez les intensités de stimulation à un niveau plus élevé n’apporte pas d’efficacité supplémentaire et peut déclencher des contractions musculaires qui sont indésirables pour ce traitement.
    - Pour les appareils munis de la technologie mi-TENS : 
    Dès qu’ une contraction est détectée, l’intensité de stimulation est automatiquement diminuée.
    - Pour les stimulateurs non munis de la technologie mi-TENS :
    Si une contraction musculaire apparait, il convient de réduire manuellement légèrement le niveau de l’intensité.

    2ème PHASE : PHASE AIGÜE 

    Au cours de la phase chronique, les douleurs diminuent nettement, mais la gêne reste persistante ou une douleur peut réapparaître dans des conditions spécifiques.

    Programme : Douleur musculaire (ou Endorphinique selon le modèle Compex)
    Durée du traitement : Pendant toute la durée de la phase chronique jusqu’à disparition complète des signes douloureux.
    Il est recommandé de consulter son médecin si aucune amélioration n’est constatée après la première semaine d’utilisation.
    Déroulement du traitement : Au minimum, 1 séance tous les jours. Si possible 2 séances par jour espacées par un minimum  de 10 minutes de repos entre les 2 séances. 
    Placement des électrodes : 

    Réglage de l’intensité :

    Effet recherché :

    Obtenir des secousses musculaires bien prononcées tout en restant confortables.

    Il faut monter l’intensité jusqu’à obtenir une réponse musculaire qui ressemble à un battement ou une grosse vibration, que l’on appelle aussi des secousses musculaires. Cette activité musculaire, très différente d’une véritable contraction, se comporte comme une pompe qui est déterminante pour provoquer la forte augmentation du débit sanguin dans le muscle stimulé. Lorsque l’on monte l’intensité, le battement musculaire est d’abord discret, puis devient de plus en plus prononcé avant d’atteindre un plafond où la réponse musculaire est maximale. 
    Il est cependant possible de monter l’intensité plus haut, mais cela n’apporte pas de bénéfices supplémentaires.

    Pour les appareils munis de la technologie mi-RANGE, la zone d’intensité qui induit la stimulation optimale est indiquée sur l’écran: 
       - Sur le SP 4.0, il y a un petit crochet qui indique la zone optimale, il faut donc maintenir l’intensité à l’intérieur du crochet et si possible au niveau maximum de celui-ci.

    - Sur le Fit 5.0 et SP 6.0, il faut augmenter l’intensité jusqu’à ce qu’il soit inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.
    - Sur le SP 8.0, la fonction mi-AUTORANGE va régler automatiquement l’intensité. Dès que l’intensité aura été trouvée, il sera inscrit «Niveau optimal d’intensité trouvé». Si la stimulation est confortable, vous pouvez cependant monter l’intensité à un niveau un peu plus élevé pour que les battements soient davantage prononcés.

    La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps,
    il est conseillé de consulter un médecin.

  10. Joyeux Noël avec Kilian Jornet

    C'est avec les mots de l'un de nos plus illustres ambassadeurs que nous vous souhaitons d'excellentes fêtes de fin d'année et un joyeux Noël !

     

Articles 1 à 10 sur un total de 39

Page