COMPEX SP 4.0

Pour améliorer sa force et regagner du volume musculaire, se relaxer.

Intégrant toutes les fonctions du SP 2.0, le SP 4.0 comprend également des programmes de rééducation pouvant être utiles au sportif sujet aux blessures et pratiquant son activité 3 fois par semaine.
En stock
SKU
2536116-belux
Prix Spécial 499,00 € Prix normal 629,00 €
En vente 21% Remise Enregistrer 130,00 €
Seulement 3x 166,33 € avec Splitit

MI, UNE STIMULATION PERSONNALISÉE

ADAPTÉE À CHAQUE PHYSIOLOGIE

Dotés de la technologie unique MI (Muscle Intelligence), les stimulateurs Compex s’adaptent à chacun de vos muscles pour une électrostimulation plus efficace, garantie d’un plus grand confort et de meilleures performances.

Améliorez vos Performances*

MI, MODE D'EMPLOI

MI-SCAN

Scanne le muscle et ajuste automatiquement les paramètres du stimulateur à votre physiologie.

MI-TENS

Facilite le réglage des niveaux de stimulation pour les programmes anti-douleurs afin de vous garantir un résultat optimal.

MI-RANGE

Indique le niveau de stimulation optimale à utiliser pour les programmes Récupération ou Massage.

COMPEX SP 4.0

Catégories et programmes

Préparation physique

Endurance, Résistance, Force, Force explosive, Cross-training, Gainage, Hypertrophie, Musculation, Échauffement, Capillarisation

Récupération/massage

Récupération après entraînement, Récupération après compétition, Massage relaxant, Diminution courbatures, Massage régénérant

Antidouleur

Antidouleur TENS, Décontracturant, Douleur musculaire, Douleur nuque, Douleur dos, Tendinite, Jambes lourdes, Prévention crampes

Rééducation

Fonte musculaire, Renforcement

Fitness

Raffermir mes bras, Tonifier mes cuisses, Sculpter mes abdos, Raffermir mon ventre, Sculpter mes fessiers

Témoignages

MAT FRASER

Crossfit

“J'apprécie vraiment le fait qu'il s'agisse d'un outil d’entraînement, de récupération et de force. C'est vraiment facile à utiliser et ça fonctionne. C'est une grande partie de mon entraînement."

FREDERIK VAN LIERDE

Triathlon

“Compex est un super outil pour la récupération, cela m’aide beaucoup. Je m’en sers également pour l’échauffement avant un entraînement ou une compétition et j’aime vraiment cela.”

VANESSA GONÇALVES

Fitness

“Compex me procure tout ce dont j’ai besoin après l’entraînement, ce qui me permet de récupérer plus vite. ”

CHARLOTTE MOREL

Triathlon

“J’utilise Compex depuis plus d’un an. Cela fait vraiment la différence dans ma récupération au quotidien. ”

STEFANO MIGLIORINI

Crossfit

“Une grande aide pour mon entraînement et spécialement pour la récupération musculaire. "

MARTINA VALMASSOI

Ski Alpinisme

“Grâce aux nombreux programmes de massage et de récupération, je peux récupérer plus vite et donc mieux m’entraîner. "

ESTELLE PERROSSIER

Athlétisme

“C’est un outil précieux qui m’aide à optimiser ma performance. "

wysiwyg/compex-eu/cms/testimonials/France/Tony_Voisin3.jpg"}}" alt="Tony Voisin" />

TONY VOISIN

OCR

“Après 2 cycles en force et en résistance, je sens que dans les parties côtes, ce qui était mon point faible, j’ai plus de puissance et j’arrive à mieux résister aux lactates. J’ai vraiment progressé, j’ai les jambes beaucoup plus légères aussi"

wysiwyg/compex-eu/cms/testimonials/France/Anouk_Garnier.jpg"}}" alt="Anouk Garnier" />

ANOUK GARNIER

OCR

“J’ai utilisé le programme récup pour la première fois quand je suis partie aux championnats du monde OCR et j’ai senti une vraie différence pour ma récupération. J’utilise maintenant beaucoup les programmes récupération après entraînement, récupération après compétition, décontracturant, massage relaxant."

wysiwyg/compex-eu/cms/testimonials/France/Sophie_Duarte2.jpg"}}" alt="Sophie Duarte" />

SOPHIE DUARTE

Athlétisme

“Mes programmes favoris restent la capillarisation, je l’utilise 3 semaines avant un objectif, à raison de 2 fois par jour et je constate réellement un effet au niveau de l’amélioration de la circulation sanguine"

SABRINA CARON

CrossFit

“Je l'utilise Compex avec le programme "gainage / force" sur les abdos et les lombaires, car c'est un peu ma petite faiblesse.”

CAROLE CASTELLANI

CrossFit

“J'ai appris comment m'en servir pour toutes les modalités de mon sport et c'est un super atout.”

QUENTIN ANTOINE

CrossFit

“J'utilise Compex pour la récupération quasiment tous les jours.”

YOANN KOWAL

Athletics

“J’utilise beaucoup le programme de massage régénérant. Il me permet d’optimiser ma récupération entre les séances journalières.”

Rédigez votre propre commentaire
Vous commentez :COMPEX SP 4.0
Votre évaluation

Ne sera pas affiché sur le site

I agree to the terms & conditions by clicking the submit review button
  • Stimulateur
  • Jeu de 4 câbles à Snap
  • Câble MI-sensor
  • Chargeur
  • 8 petites électrodes Snap 5x5 cm
  • 4 grandes électrodes Snap "2 attaches" 5x10 cm
  • Trousse de transport
  • Manuel d'instruction

Comment Utiliser

Placement des électrodes

Le choix de la taille des électrodes (grande ou petite) et leur positionnement sur le groupe musculaire que l’on souhaite stimuler sont des facteurs déterminants au confort et donc à l’efficacité du travail qui sera effectué. Il est donc recommandé d’y apporter toujours un soin particulier et de se conformer aux placements préconisés. Pour visualiser les différents placements d’électrodes, cliquez ici. Dans l’optique d’une stimulation avec le système, tous les placements conseillés proposent un positionnement optimal de ce système. Il est donc recommandé de suivre rigoureusement ces indications. Si vous ne souhaitez pas utiliser la technologie Mi, il suffit de remplacer le câble d’électrodes équipé du système par un autre câble d’électrodes standard.

Réglage intensité/énergie

Dans un muscle stimulé, le nombre des fibres qui travaillent dépend de l'énergie de stimulation. Il faut donc absolument utiliser des énergies de stimulation maximales, de façon à recruter le plus possible de fibres. En dessous d'une énergie de stimulation significative, il est inutile, pour un sujet moyen, d’effectuer des séances de stimulation. En effet, dans ce cas, le nombre de fibres recrutées au niveau du muscle stimulé est trop faible pour permettre une amélioration intéressante de la performance de ce muscle. Le progrès d'un muscle stimulé sera d'autant plus important qu'un nombre élevé de ses fibres effectuent le travail généré par le Compex. Si seulement 1/10 des fibres d'un muscle travaillent sous stimulation, seuls ces 1/10 pourront progresser; ce qui est évidemment beaucoup moins appréciable que si 9/10 des fibres travaillent et peuvent donc progresser. Vous veillerez donc à travailler avec des énergies de stimulations maximales, soit toujours à la limite de ce que vous pouvez supporter. Il n'est évidemment pas question d'atteindre l'énergie de stimulation maximale dès la première contraction de la première séance du premier cycle. Celui qui n'a jamais fait de stimulation Compex au préalable effectuera quelques séances du programme Initiation musculaire, avec une énergie suffisante pour produire de puissantes contractions musculaires, pour s’accoutumer à la technique de l’électrostimulation. Il pourra ensuite entamer son premier cycle de stimulation avec son programme et son niveau spécifiques. Après l'échauffement, qui doit produire des secousses musculaires bien nettes, il faut monter progressivement l'énergie de stimulation, de contraction en contraction, pendant les trois ou quatre premières minutes de la séquence de travail. Il faut aussi progresser dans les énergies utilisées de séance en séance, surtout durant les trois premières séances d'un cycle. Une personne normalement disposée atteindra des énergies de stimulation déjà très significatives au cours de la quatrième séance.

Répartition des séances

La question de la répartition des séances de stimulation au cours de la semaine se pose dès qu’au moins deux entraînements hebdomadaires sont effectués.

Dans les cas où jusqu’à six séances par semaine sont planifiées, il est recommandé de séparer le plus possible les séances. Par exemple, la personne qui effectue trois séances par semaine les réalisera à raison d’une séance tous les deux jours (deux fois un jour de repos et une fois deux jours de repos chaque semaine). Celui qui effectue six séances exécutera six journées consécutives de stimulation et un jour de repos.

À partir de sept séances par semaine et au-delà, il est conseillé de grouper plusieurs séances le même jour, pour se ménager un ou deux jours de repos complet sans stimulation. Celui qui effectue sept séances par semaine fera cinq jours de stimulation, à raison d’une séance par jour, et un jour à deux séances (séparées au moins par une demi-heure de repos); il restera ainsi un jour de repos. Celui qui effectue dix séances par semaine fera, de préférence, cinq jours à deux séances par jour (séparées au moins par une demi-heure de repos); il restera ainsi deux jours de repos.

Alternance séance/entraînement

Les séances de stimulation peuvent être réalisées en dehors ou au cours de l’entraînement volontaire. Lorsqu’on effectue entraînement volontaire et stimulation au cours d’une même séance, il est généralement recommandé de faire précéder la stimulation par l’entraînement volontaire. De cette manière, l’exercice volontaire n’est pas exécuté sur des fibres musculaires déjà fatiguées. Ceci est particulièrement important pour les entraînements de force et de force explosive. Toutefois, dans les entraînements de résistance, il peut être très intéressant de procéder de façon inverse. Avant l’entraînement volontaire, on effectue, grâce à la stimulation en résistance, une “pré-fatigue spécifique” des fibres musculaires sans fatigue générale ni cardio-vasculaire. De cette façon, l’effort volontaire sur les fibres “préparées” permettra de pousser plus vite et plus loin le métabolisme glycolytique.

Progression dans les niveaux

D'une façon générale, il n'est pas indiqué de franchir trop rapidement les niveaux et de vouloir arriver le plus vite possible au niveau le plus haut.

Les différents niveaux correspondent à une progressivité dans l'entraînement car il faut laisser aux muscles le temps de s'adapter et à la surcompensation un délai pour se mettre en place.

L’erreur la plus fréquente consiste à passer de niveau en niveau au fur et à mesure que l'on se stimule avec des énergies de stimulation plus élevées. Le nombre de fibres qui sont soumises à la stimulation dépend de l’énergie de stimulation. La nature et la quantité de travail qu'effectuent ces fibres dépendent du programme et du niveau, le but étant d’abord de progresser dans les énergies électriques de stimulation, puis dans les niveaux, car plus nombreuses sont les fibres que vous stimulez et plus nombreuses seront les fibres qui vont progresser. Mais la vitesse du progrès de ces fibres, ainsi que leur aptitude à fonctionner avec un régime plus élevé, dépendent du programme et du niveau utilisés, du nombre de séances hebdomadaires, de la durée de ces séances, comme des facteurs intrinsèques propres à chacun.

Le plus simple et le plus habituel est de monter le niveau dans le programme choisi lorsqu’on passe à un nouveau cycle de stimulation.

On peut également monter d'un niveau au cours d'un même cycle. Dans ce cas, il est conseillé de ne pas le faire avant d'avoir travaillé trois semaines au minimum avec le même niveau.

On ne change pas de niveau lors d'une utilisation auxiliaire ou en entretien. On ne change pas non plus de niveau dans un cycle intensif ou agressif court de trois à quatre semaines. Par contre, en utilisation classique, lors d'un cycle de six semaines, on peut passer au niveau supérieur après trois semaines. De même, dans un cycle intensif ou agressif de six à huit semaines, on pourra monter d'un niveau après trois à quatre semaines.

Vidéo Pédagogique